Brexit : l'Écosse s'invite au sommet européen

Nicola Sturgeon et Jean-Claude Junker à Bruxelles[THIERRY CHARLIER / AFP]

Ce mercredi 29 juin, alors que David Cameron avait quitté Bruxelles pour laisser ses homologues évoquer à 27 l’après-Brexit, c’est la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon qui s’est rendue dans la capitale européenne.

L’objectif, évaluer les chances de l’Écosse, qui avait voté à plus de 60% pour le maintien dans l’UE, d’y adhérer en tant qu’entité indépendante. Si la dirigeante n’a pas été invitée à participer au sommet des 27 chefs d’État, elle a néanmoins été reçue successivement par les présidents du Parlement et de la Commission européenne, Martin Schulz et Jean-Claude Juncker.

A lire aussi : Brexit : Junker reçoit la première ministre écossaise

Mais le projet d’une Écosse européenne risque de se heurter au refus catégorique de l’Espagne, qui craint qu’une telle décision n’encourage l’indépendantisme de la Catalogne. Le chef du gouvernement Mariano Rajoy s’est en effet opposé à toute négociation de l’UE avec les Écossais.

Cette question de l’Écosse vient s’ajouter à la longue liste des problèmes soulevés par le Brexit pour les 27, qui n’ont pas réussi «à tirer de conclusions» lors du sommet de mercredi, un simple «premier débat» selon le président du Conseil européen Donald Tusk. Une nouvelle réunion a été fixée le 16 septembre à Bratislava.

À l’issue de la rencontre, Donald Tusk s’est contenté de répété qu’il n’y aurait «pas de marché unique à la carte», sans libre circulation des personnes, pour Londres. «Un point de notre débat a été très clair : les dirigeants sont absolument déterminés à rester unis», a-t-il également affirmé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles