Turquie : manifestation géante des pro-Erdogan

La plus grande manifestation depuis des années en Turquie.[STR / TURKEY'S PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP]

Un rassemblement géant "pour la démocratie" marquant l'apothéose de trois semaines de mobilisation dans les rues après le putsch raté en Turquie s'est transformé en démonstration de force pour le président Erdogan.

La plus grande manifestation depuis des années en Turquie a réuni dans une mer de drapeaux nationaux rouges à Yénikapi, sur les bords de la mer de Marmara, des centaines de milliers de Turcs -- jusqu'à trois millions selon les journaux progouvernementaux.

A lire aussi : Putsch raté : la Turquie émet un mandat d'arrêt contre Gülen

Prenant la parole à la fin du rassemblement "pour la démocratie et les martyrs" du putsch avorté du 15 juillet, le président Recep Tayyip Erdogan a de nouveau évoqué dimanche un possible rétablissement de la peine de mort en Turquie. "Si le peuple veut la peine de mort, les partis suivront sa volonté", a dit M. Erdogan devant des sympathisants qui scandaient "peine de mort!". "Apparemment, il n'y a pas la peine capitale en Europe, mais ils l'ont aux Etats-Unis, au Japon, en Chine. La plupart des pays l'appliquent", a assuré le président Erdogan. Selon Amnesty International toutefois, 140 pays sont abolitionnistes, en droit ou en pratique.

Une dernière manifestation mercredi

Le chef d'Etat-major Hulusi Akar -- brièvement enlevé par les putschistes -- a été acclamé en héros par la foule et lui aussi interrompu par des cris de "peine de mort!". Un rétablissement de la peine capitale abolie en 2004 sonnerait le glas des négociations, déjà très compromises, d'adhésion de la Turquie à l'Union européenne. Tout en aggravant l'inquiétude à l'étranger sur une dérive autoritaire du président Erdogan, qui concentre les pouvoirs d'une manière inédite en cent ans de république turque.

Le rassemblement organisé par l'AKP, le parti de la justice et du développement au pouvoir, devait marquer le point final des manifestations quotidiennes d'un peuple exhorté à descendre dans la rue par M. Erdogan depuis le coup d'Etat avorté mené par une faction de l'armée. Mais M. Erdogan a créé la perplexité en annonçant qu'il ne s'agissait que "d'une virgule", une dernière manifestation étant prévue mercredi.
 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles