Corée du Nord : le ministre de l’Education exécuté

Depuis son accession au pouvoir fin 2011, Kim Jong-Un multiplie les purges parmi les plus hauts responsables. [KCNA / AFP]

Nouvelle purge au sein du régime nord-coréen. Le ministre de l’Education aurait été exécuté et deux autres responsables gouvernementaux envoyés en «rééducation».

Selon les autorités sud-coréennes, Kim Yong-Jin a été accusé d’être «un agitateur antiparti et antirévolutionnaire» et a été exécuté au cours du mois de juillet. En réalité, il lui était reproché de s’être assoupi lors d’une réunion présidée par le leader Kim Jong-Un. Aussitôt après les faits, il avait été arrêté et soumis à un interrogatoire.  

A lire aussi : Corée du Nord : des soldats d'élite équipés de «sacs à dos nucléaires»

100 cadres du parti exécutés depuis fin 2011

Deux autres cadres du régime ont fait les frais de la dureté du régime et ont été envoyés dans des fermes pour être «rééduqués». L’un d’eux serait Kim Yonh-Chol, responsable des affaires intercoréennes et de l’espionnage.

Depuis son accession au pouvoir fin 2011, Kim Jong-Un multiplie les purges parmi les plus hauts responsables. Selon l'agence sud-coréenne Yonhap, ce sont plus de 100 personnalités du parti unique qui ont été excutées sous ses ordres. Récemment, le chef d’état-major de l’armée nord-coréenne a été exécuté, accusé de corruption et d’avoir formé une faction politique. Mais le cas le plus emblématique est celui de son oncle, Jang Song-Taek, longtemps présenté comme le mentor du leader, qui a été tué en décembre 2013. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles