Donald Trump officiellement investi président des Etats-Unis

Donald Trump est officiellement devenu le 45e président des Etats-Unis. [TIMOTHY A. CLARY / AFP]

Donald Trump a été officiellement investi au poste de 45e président des Etats-Unis vendredi 20 janvier. Il succède à Barack Obama, qui quitte la Maison Blanche après deux mandats.

Le nouveau président a commencé son discours en exprimant ses remerciements au «magnifique» Barack Obama. Il a ensuite promis «un grand effort national». «A partir de maintenant, ce sera l'Amérique d'abord», a-t-il dit énoncant ainsi deux règles : «acheter américain, embaucher américain». Trump a par ailleurs regretté que l'Amérique «finance les armées d'autres pays».

En matière de sécurité, il a affirmé souhaiter «éradiquer le terrorisme islamique radical». Le successeur d'Obama a enfin promis de renforcer les «vieilles alliances et d'en créer de nouvelles», sans en dire davantage. «Nous allons rendre à l'Amérique sa grandeur», a-t-il conclu son discours.

Dans la soirée, Donald Trump a quitté le Capitole pour aller s'installer à la Maison Blanche.

A lire aussi : Donald Trump président des Etats-Unis : quelles conséquences ? 

«Tout commence aujourd'hui!», avait lancé le magnat de l'immobilier dès le lever du jour sur Twitter. «LE MOUVEMENT CONTINUE, LE TRAVAIL COMMENCE !». A 70 ans, sans la moindre expérience politique, diplomatique ou militaire, le milliardaire a pris les rênes de la première puissance mondiale sous le regard inquiet des alliés des Etats-Unis, échaudés par ses déclarations tonitruantes, parfois contradictoires, notamment sur Twitter.

Pour cette journée historique, Donald Trump et sa femme Melania ont suivi la même tradition protocolaire que ses prédécesseurs. Après s'être rendus à l'église St John, ils ont été accueillis pour un thé à la Maison Blanche par Barack et Michelle Obama, en compagnie également du futur vice-président Mike Pence et son épouse, puis ont rejoint le Capitole.

Trois ex-président étaient déjà sur place: Jimmy Carter, George W. Bush, Bill Clinton. Hillary Clinton, adversaire malheureuse face à Donald Trump lors de l'élection du 8 novembre, était également au Capitole.

Des mesures dès lundi

Son équipe annonce pour le début de la semaine prochaine une série de décrets visant à défaire une partie du bilan de son prédécesseur démocrate (climat, immigration...) et à ébaucher le sien. Il pourrait en signer quelques-uns dès vendredi.

La tâche s'annonce ardue pour l'auteur du best-seller «The Art of the Deal», qui a promis, avec un sens de la formule qui enchante ses partisans et consterne ses détracteurs, d'être «le plus grand créateur d'emplois que Dieu ait jamais créé».

La constitution de ses équipes a été difficile tant la victoire a pris le camp républicain par surprise. Les premières semaines pourraient être chaotiques. Et jamais depuis 40 ans un président américain n'avait pris le pouvoir avec un niveau d'impopularité aussi élevé.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles