Ivanka Trump a déjà tenté de dissuader son père de tweeter

Elle estime néanmoins que c'est l'outil le plus puissant pour permettre à son père de «porter directement» son message.[TIMOTHY A. CLARY / AFP]

Dans une émission de la chaîne ABC diffusée quelques heures avant l'investiture de son père, la fille préférée de Donald Trump a reconnu qu'elle lui conseillait parfois d'arrêter de tweeter.

A une journaliste qui lui demandait lors d'un entretien si elle disait parfois à son père, souvent critiqué pour ses innombrables tweets sur tous les sujets, d'arrêter de tweeter, Ivanka Trump a répondu : «Bien sûr, parfois je lui dis de ne pas le faire». Mais elle a aussitôt souligné que Twitter était un outil «très puissant» qui lui permettait de «porter directement» son message. Un argument que le 45e président des Etats-Unis avait déjà fait valoir en début de semaine.

A lire aussi : «Je n'aime pas tweeter» assure Trump

L'ex-mannequin a aussi jugé «inapproprié» le titre de «véritable Première dame» que lui ont décerné certains médias américains, tant elle est plus visible aux côtés de son père que Melania, la troisième femme du milliardaire. «Il y a une première dame, et Melania sera une incroyable Première dame, je suis fière d'elle», a assuré Ivanka. Alors que son mari Jared Kushner, «un être humain remarquable», a été nommé haut conseiller à la Maison Blanche, cette mère de trois jeunes enfants n'a pas exclu de peser elle aussi sur certains dossiers.

Un discours «d'unité et d'optimisme»

A la veille de l'investiture de son père, elle a reconnu que «le pays est très divisé». Mais «j'ai vu, toute ma vie, que mon père était un incroyable unificateur. Alors, à chacun de ses détracteurs, je dirais, "donnez lui du temps, laissez-le prendre ses fonctions, laissez-le prouver que vous avez tort"», a-t-elle plaidé, en promettant que le discours d'investiture de son père serait un discours «d'unité et d'optimisme».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles