Deux survivants de la tuerie de Las Vegas meurent dans un accident de la route

Lorraine et Dennis, un couple de survivants de la tuerie de Las Vegas, ont perdu la vie deux semaines plus tard dans un accident de la route. [Capture Facebook / CC / @ Brooke Nicole Carver]

Ils ont survécu au pire avant de disparaître tragiquement. Lorraine et Dennis, un couple de survivants de la tuerie de Las Vegas, ont perdu la vie deux semaines plus tard dans un accident de la route. 

Le 1er octobre dernier, ils étaient venus comme tant d'autres à Las Vegas (Nevada) pour assister au Route 91 Harvest Festival, un festival de musique country très populaire aux Etats-Unis.

Mais aux alentours de 22 heures, un homme, du 32ème étage du Mandalay Bay, tire sur la foule. Au total, 58 personnes sont tuées et plus de 500 autres sont blessées.

Au milieu du chaos, Dennis parvient à mettre sa femme à l’abri alors que les balles fusent autour d’eux. «Nous allons bien», écrit Lorraine cette nuit-là sur Facebook.

«J’ai le mari le plus incroyable du monde. Non seulement il m’a protégée avec son corps et m’a mise en sécurité, mais ensuite, il m’a envoyé des roses. Je suis gâtée», dit-t-elle encore quelques jours plus tard.

Leur fille Brooke, s'exprime elle aussi sur Facebook, indiquant que ses parents se trouvaient à «l’endroit exact où les tirs ont commencé». «Un pauvre homme juste à côté de mon père a été touché à la jambe», raconte-t-elle.

Rattrapés par leur destin

Mais deux semaines après la fusillade, c’est un message bien plus tragique que postera Brooke Carver sur Facebook : «Nos magnifiques, incroyables et courageux parents ont été tués dans un accident de la route, juste tout près de chez nous», écrit-elle au soir du 20 octobre dernier.

Selon ABC, le couple a perdu le contrôle de la voiture qui a dévié de la route et heurté une colonne de béton, arrachant le train arrière et brisant le réservoir d’essence du véhicule. Elle a ensuite percuté une autre colonne de béton avant de faire des tonneaux et de prendre feu.

«Nos parents n’auraient pas pu faire plus pour nous, ils ont toujours fait en sorte que nous ne manquions de rien», a encore dit Brooke Carver,  sur Facebook.

Elle conclut dépeignant sa mère comme «pleine de vie, toujours souriante, en train de rire et danser. Elle était là à chaque pièce de théâtre de l’école, à chaque match de foot, à chaque compétition, chaque jour, pour tout, elle était là».

Son père était quant à lui, «l’homme le plus fort qui puisse exister. Il travaillait tellement dur pour ma sœur et moi». «Ils étaient les parents les plus généreux, reconnaissants, et nous savons qu’ils nous regardent de là-haut et nous protègent, ma sœur et moi». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles