Le Pentagone a financé en secret un programme sur les Ovnis

Image tirée du film «Les soucoupes volantes attaquent»[Capture YouTube]

Les agents Mulder et Scully de X-Files auraient-ils existé? Aux Etats-Unis, le Pentagone a bel et bien financé un programme de recherche sur les Ovnis, selon le Ney York Times.

La nouvelle a été divulguée ce week-end. Le département américain de la défense a admis l'existence d'un programme d'identification des menaces aérospatiales avancées (AATIP) entre 2007 et 2012.

Autrement dit, l'armée américaine a secrètement enquêté sur des objets volants non identifiés, repérés par des militaires ou des citoyens. 

Au total, ce sont pas moins de six-cent milliards de dollars (soit plus de 210 milliards d'euros) qui ont été alloués au budget. Soit vingt-deux milliards de dollars par an, précise le New York Times. Et l'argent était majoritairement versé à Bigelow Aerospace, société du milliardaire Robert Bigelow. Celle-ci a pour tâche de déterminer la menace que représentent les ovnis.

Dans le détail : les locaux de la société ont été agrandis à Las Vegas pour y stocker les matériaux associés à des objets volants aperçus.

«Des "phénomènes aériens non identifiés" rapportés par des pilotes et des militaires apparaissaient beaucoup plus avancés que la technologie américaine ou étrangère», avancent plusieurs personnes impliquées dans le dossier, et citées par Politico. «Dans certains cas, ces engins manœuvraient de façon si inhabituelle et si rapide qu'ils semblaient défier les lois de la physique», précisent ces sources, pour justifier le mise en place d'un tel programme. 

Des enregistrements vidéo et audio

L'AATIP aurait par ailleurs rassemblé plusieurs enregistrements vidéo et audio, dont les images d'un appareil «entouré d'une sorte de halo lumineux, volant à grande vitesse tout en tournant sur lui-même.»

Cette vidéo, publiée par le département de la Défense, laisse entendre une conversation entre des pilotes, qui essayent de comprendre ce qui se déroule sous leurs yeux. En revanche, le lieu et la date de cet incident n'ont pas été communiqués.

Le sénateur Harry Reid, à l'origine du programme, a mainte fois argué que «de grands progrès» avaient été réalisés «dans l'identification de plusieurs découvertes non conventionnelles et très sensibles».

Toutefois, plusieurs scientifiques interrogés par le New York Times assurent que le fait d'ignorer la provenance d'un tel objet ne signifie en aucun cas qu'il provienne forcément d'une autre planète. D'ailleurs, à en croire un ingénieur de la Nasa, «beaucoup de gens sont actifs dans les airs et ne veulent pas que les autres le sachent».

S'il a officiellement pris fin en 2012, ce programme de recherche continue de mobiliser nombre d'acteurs. Luis Elizondo, qui en était à la tête, affirme avoir continué à travailler avec la Navy et la CIA jusqu'en octobre dernier, jusqu'au moment où il a décidé de remettre sa démission, déçu que les Etats-Unis refusent de consacrer davantage d'énergie et de moyens à cette thématique.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles