Commentaires racistes sur Meghan Markle : le leader de l’Ukip rompt avec sa compagne

La compagne de Henry Bolton, le leader du parti Europhobe Ukip (à l'image), avait tenu des propos extrêmement offensants et racistes sur Meghan Markle, la fiancée du prince Harry. [BEN STANSALL / AFP]

En réaction aux propos racistes tenus par sa compagne sur Meghan Markle, la fiancée du prince Harry, Henri Bolton, le chef du parti europhobe Ukip, a décidé de rompre avec elle.

La nouvelle a été officialisée ce lundi 15 janvier et a été rapidement relayée par les médias britanniques.

Henry Bolton a ainsi déclaré que son histoire avec Jo Marney était «évidemment tout à fait incompatible» avec son rôle de chef de parti mais a, en revanche, exclu de démissionner.

Jo Marney, qui se présente comme actrice, mannequin et journaliste musicale, avait suscité une vague d'indignation mondiale après s'être plaint du fait que l'actrice métisse américaine Meghan Markle, dont le mariage avec Harry est prévu le 19 mai à Windsor, va «souiller notre famille royale» avec «sa semence».

Des propos tenus par écrit et envoyés par SMS à l’un de ses amis avant d’être révélés par l’hebdomadaire The Mail on Sunday.

Dans ses messages, elle avait également écrit : « Il y aura ensuite un Premier ministre musulman. Et un roi noir (...). C’est le Royaume-Uni, pas l’Afrique».

Jo Marney avait ensuite démissionné de l'Ukip avant de se fendre d'un communiqué dans lequel elle «s'excusait» pour «le langage choquant» utilisé, tout en estimant que ses propos avait été «délibérément exagérés» et «sortis de leur contexte». 

Un parti en proie aux difficultés

Comme le raconte la BBC, Henry Bolton a ainsi dû faire face à un choix difficile : se séparer de sa compagne ou abandonner son leadership.

Après avoir passé tout le week-end à considérer les tenants et les aboutissants de ces deux options, il a donc préféré la première.

Pas sûr toutefois que cela soit suffisant pour qu'il puisse conserver la tête de l'Ukip. D'après la BBC, certains hauts responsables du parti pensent en effet que Henry Bolton n'a ainsi pas réussi à imprimer sa marque ou à maîtriser les problèmes de l'Ukip depuis qu'il en a pris la tête il y a trois mois. 

Après la démission de Nigel Farage, dans le sillage du référendum sur le Brexit, il est en outre le quatrième dirigeant du parti d'extrême-droite, ce qui révèle de profondes fractures en interne, auxquels s'ajoutent des problèmes financiers récurrents et une perte de ses adhérents. 

Une fuite de soutiens qui pourrait s'accentuer à la suite de ce nouveau scandale. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles