Fusillade d'Orlando : le père du tueur a été informateur du FBI durant 10 ans

Le père du tueur de la fusillade d'Orlando a été un informateur l'agence fédérale du FBI[GREGG NEWTON / AFP]

Seddique Mateen, père de l'auteur de la tuerie de la boîte de nuit gay d'Orlando en 2016, a été un informateur du FBI entre mars 2005 et juin 2016, a rapporté CBS News.

Les avocats de Noor Salman, la veuve du tireur, ont révélé que le père d'Omar Mateen, qui a tué 49 personnes et blessés 68 autres, avait longtemps collaboré avec les autorités fédérales alors qu'il était lui-même accusé d'avoir transféré de l'argent vers l'Afghanistan et la Turquie. Une information que comptent bien utiliser les avocats de Noor Salman dans son procès.

Les avocats pensent que le FBI n'a pas voulu dévoiler cette information à propos du père pour cacher l'implication de Seddique Mateen dans certaines affaires de l'agence fédérale. «L'important rôle qu'a joué le père a été prépondérant dans la décision du FBI de ne pas demander une mise en accusation au ministère de la Justice pour fausses déclarations au FBI ou obstrution à la Justice contre Omar Mateen.», ont-ils-estimé.

La veuve du tueur est accusée d'avoir aidé son mari à préparer l'attentat d'Orlando, le plus meurtrier des États-Unis depuis le 11 septembre 2001. Elle est la dernière à avoir parler à son mari par message avant l'attaque de la boîte de nuit, le 12 juin 2016.

Un procès pas assez équitable selon les avocats

Le tribunal fédéral n'ayant pas eu connaissance de l'ancienne fonction du père du tueur, les avocats estiment que le procès n'était pas équitable à cause du manque d'informations. «Si le gouvernement avait donné ces informations, la défense aurait enquêté sur les éventuels liens entre Seddique Mateen et son fils, particulièrement si le père d'Omar Mateen était impliqué ou était au courant de l'attentat du Pulse», ont-ils déclaré. 

Ils ont alors demandé l'annulation du procès, ce qui a été refusé par le juge fédéral Paul Byron, selon les informations d'Orlando Sentinel. Le juge a rappelé que «ce n'est pas le procès de Seddique Mateen, mais c'est celui de Noor Salman».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles