Donald Trump menace la Syrie : «les missiles arrivent»

«Vous ne devriez pas vous associer avec un animal qui tue son peuple avec des armes chimiques et qui aime cela», a tweeté Donald Trump. [NICHOLAS KAMM / AFP]

Dans un nouveau tweet, Donald Trump a prévenu Moscou de frappes imminentes contre la Syrie après l'attaque chimique présumée dans la ville insurgée de Douma.

«La Russie jure d'abattre n'importe quel missile tiré sur la Syrie. Que la Russie se tienne prête, car ils arrivent, beaux, nouveaux et 'intelligents !' Vous ne devriez pas vous associer avec un animal qui tue son peuple avec des armes chimiques et qui aime cela», a écrit Donald Trump, faisant allusion au président syrien Bachar Al-Assad, et à l'attaque chimique présumée de samedi soir.

La veille, l'ambassadeur russe au Liban Aleksander Zasypkin s'était fait menaçant sur la chaîne Al-Manar gérée par le Hezbollah : «En cas de frappe américaine (...) les missiles seront détruits, de même que les équipements d'où ils ont été lancés». La confrontation entre les États-Unis et la Russie sur le dossier syrien s'est durcie ces derniers jours. Mais en face, les Occidentaux, États-Unis et France en tête, ont redoublé de détermination après avoir déjà fait clairement planer la menace de représailles militaires.

Face à cette escalade verbale, Donald Trump a déploré, mercredi dans un autre tweet, la détérioration des relations entre les Etats-Unis et la Russie. «Notre relation avec la Russie est pire aujourd'hui qu'elle ne l'a jamais été, et cela inclut la guerre froide. Il n'y a pas de raison à cela. La Russie a besoin qu'on l'aide sur son économie, ce qui devrait être très facile à faire, et nous avons besoin que toutes les nations travaillent ensemble. Arrêtons la course aux armements ?».

La Russie réagit

Moscou n'a pas tardé à réagir après le tweet de Donald Trump. «Les missiles intelligents doivent voler en direction des terroristes et non pas en direction du gouvernement légitime, qui lutte depuis plusieurs années contre le terrorisme international sur son territoire», a réagi sur Facebook la porte-parole de la diplomatie russe, Maria Zakharova. Elle a également insinué que les frappes américaines pourraient servir à «effacer les traces des provocations» que les Occidentaux dénoncent comme une attaque à l'arme chimique dans l'enclave rebelle de Douma.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles