Elle transportait de la cocaïne pour recevoir des «likes» sur Instagram

Mélina Roberge sera admissible à une libération conditionnelle à partir du 27 mai 2021.[CHANDAN KHANNA / AFP]

Mélina Roberge, une Québécoise de 24 ans, a été condamnée mercredi à huit ans de prison pour avoir tenté d'importer en Australie une cargaison de 95 kilos de cocaïne d'une valeur estimée à 16 millions de dollars.

En larmes, la jeune femme a expliqué au tribunal qu'elle avait accepté de prendre part à ce trafic en 2016 pour pouvoir prendre des selfies «dans des lieux exotiques et les poster sur Instagram, afin de recevoir des "likes" et obtenir de l'attention» lors d'un voyage à 17.000 dollars qu'elle n'aurait pas pu s'offrir autrement.

Les trafiquants lui auraient également promis 5.000 dollars à dépenser durant le voyage, et plus d'argent à son retour chez elle, d'après la juge australienne Kate Traill, rapporte la BBC.

«Elle voulait que les autres l'envient»

Kate Traill a dénoncé des motivations «très tristes», qui seraient à l'image de celles des jeunes de l'âge de Mélina Roberge : «chercher à atteindre une existence vide où le nombre de "likes" détermine leur valeur.» «Elle a été séduite par (...) l'opportunité de poster des photos glamours, prises à travers le monde, sur Instagram», a ajouté la juge. «Elle voulait que les autres l'envient. Je doute que ce soit encore le cas maintenant.»

La jeune femme a également déclaré qu'elle avait été recrutée par un «sugar daddy», pour qui elle travaillait en tant qu'escort. Mais elle n'a pas souhaité révéler son nom par peur de représailles. Selon la juge, son rôle était «d'être belle» afin de détourner l'attention durant le trafic de cocaïne.

Comme deux autres Canadiens, Mélina Roberge a plaidé coupable pour avoir introduit clandestinement en Australie 95 kilos de cocaïne dans des valises, à bord du MS Sea Princess. Isabelle Lagacé, 30 ans, a été condamnée en novembre dernier à sept ans et six mois d'emprisonnement. André Tamine, 65 ans, sera, quant à lui, jugé en octobre prochain.

Mélina Roberge sera admissible à une libération conditionnelle à partir du 27 mai 2021.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles