Les bises de Macron à Trump : le souvenir de Voltaire et Franklin

En trois jours, les deux présidents ont multiplié les mises en scène de démonstration d'affection. [JIM WATSON, Nicholas Kamm, Brendan SMIALOWSKI, Ludovic MARIN / AFP]

Une «bromance» franco-américaine. Durant sa visite d'Etat à Washington, Emmanuel Macron a tenu à afficher sa relation «directe, chaleureuse et particulière» avec Donald Trump, qui s'est traduite par une myriade d'accolades et de bises.

Et, c'est lors de son discours attendu devant le Congrès américain ce mercredi, que le locataire de l'Elysée s'est fendu d'une référence historique peu connue pour justifier sa proximité physique avec le magnat de l'immobilier.

Le chef de l'Etat a en effet convoqué la rencontre entre le philosophe français des Lumières Voltaire et l'un des pères fondateurs des Etats-Unis Benjamin Franklin en 1778.

Le 29 avril, lors d'une séance à l'Académie des sciences à Paris, Voltaire et Franklin siègent l'un à côté de l'autre.

«Il faut s'embrasser à la française!»

Alors que les deux hommes saluent le public, avant de se donner la main, l'assistance réclame une «bise à la française». 

Et Emmanuel Macron de glisser avec un sourire, après avoir rapporté cette anecdote : «cela vous rappellera peut-être quelque chose».

Rires des parlementaires américains, qui applaudissent.

Cet épisode historique a notamment été consigné par un autre représentant des Lumières, Condorcet, dans sa «Vie de Voltaire» (1789), quand ce dernier était secrétaire de l'Académie des sciences.

C'est dans des termes élogieux que l'homme de lettres évoque les deux figures de son temps : «Deux hommes nés dans des mondes différents, respectables par leur vieillesse, par leur gloire, par l'emploi de leur vie, jouissant tous deux de l'influence qu'ils avaient exercée sur leur siècle».

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles