Nucléaire iranien : Emmanuel Macron qualifie d'«erreur» le retrait des Etats-Unis de l'accord

Le président français Emmanuel Macron a qualifié mercredi d'«erreur» la décision de son homologue américain Donald Trump de sortir les Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien.

«Je regrette la décision du président américain, je pense que c'est une erreur, c'est pourquoi nous Européens avons décidé de rester dans l'accord de 2015», a déclaré le chef de l'Etat dans un entretien accordé à la télévision publique allemande, à l'occasion d'un déplacement outre-Rhin, dont le contenu a été diffusé par l'Elysée.

L'Europe garante de «l'ordre multilatéral»

L'Europe est désormais «en charge de garantir l'ordre multilatéral» mondial, a également estimé mercredi le président français, au lendemain de la décision des Etats-Unis de sortir de l'accord sur le nucléaire iranien.

«Nous sommes à un moment historique pour l'Europe (qui) est en charge de garantir cet ordre multilatéral que nous avons créé à la fin de la Deuxième Guerre mondiale et qui est parfois aujourd'hui bousculé», a-t-il jugé. 

Rohani, un allié pour préserver l'accord

Plus tôt dans la journée, le président Emmanuel Macron et son homologue iranien Hassan Rohani ont décidé, lors d'un entretien téléphonique, de «poursuivre leur travail commun» pour préserver l'accord sur le nucléaire iranien, selon un communiqué de l'Elysée.

Lors de cet échange, le président perse a indiqué qu'il «fera tout pour rester dans l'accord». 

Les deux dirigeants «sont convenus de poursuivre leur travail commun en direction de tous les Etats intéressés, en vue de la mise en oeuvre continue de l'accord nucléaire et de la préservation de la stabilité régionale», a indiqué la présidence française. Leurs ministres des Affaires étrangères «se rencontreront pour engager sans délai des discussions dans cette perspective», ajoute-t-elle.

Dans la foulée de l'annonce de Donald Trump du retrait des Etats-Unis de l'accord, mardi soir en direct de la Maison Blanche, le chef de l'Etat s'était déjà exprimé sur Twitter après s'être s'entretenu avec ses homologues allemande et britannique, Angela Merkel et Theresa May, vers 19h30.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles