Monsanto accusé d'avoir utilisé «tous les moyens» pour cacher la dangerosité du Roundup

Le Roundup est l'un des herbicides les plus utilisés au monde. Et aussi l'un des plus controversés. Le Roundup est l'un des herbicides les plus utilisés au monde. Et aussi l'un des plus controversés. [© PHILIPPE HUGUEN / AFP]

En procès à San Francisco depuis lundi, Monsanto a-t-il volontairement dissimulé les dangers de son herbicide Roundup ? Le doute n'est plus permis, affirme l'avocat représentant l'accusation, Brett Wisner.

Le géant de l'agrochimique est visé par la plainte d'un particulier de 46 ans, Dewayne Johnson, atteint d'un cancer en phase terminale après avoir vaporisé ledit produit pendant plusieurs années, relate The Guardian. Vendu depuis plus de quarante ans, le Roundup, l'un des herbicides les plus utilisés au monde, contient du glyphosate. Une substance très controversée – l'OMS l'a classée «cancérigène probable» –, que la France s'est engagée à cesser d'utiliser d'ici à trois ans.

Or, «Monsanto sait depuis quarante ans que les composants de base du Roundup peuvent provoquer des tumeurs chez des animaux de laboratoire», a assuré Brett Wisner au premier jour du procès. Avant d'accuser l'entreprise d'avoir tout fait pour cacher le lien entre son produit et les risques de cancer : «Monsanto a utilisé tous les moyens à sa disposition pour effrayer les scientifiques et s'opposer aux chercheurs.»

Des milliers de procédures «dans les tuyaux»

«Je ne pense pas que l'on puisse se dire surpris du fait que Monsanto a essayé d'empêcher le public de connaître [la dangerosité du produit] et de manipuler le processus d'autorisation», a affirmé un autre avocat de l'accusation, précisant que son propre cabinet avait 700 plaintes «dans les tuyaux» concernant le Roundup et des cas de cancer.

C'est, pour l'heure, le premier procès visant ce produit, qui fait l'objet de centaines voire de milliers de procédures aux Etats-Unis. Pendant au moins trois semaines, toute la tâche de l'accusation va consister à convaincre les jurés du lien entre l'herbicide et le cancer de Dewayne Johnson, nié depuis toujours par Monsanto. Le géant agrochimique risque des millions de dollars de dommages-intérêts dans ce seul dossier.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles