Les Pussy Riot écopent de 15 jours de prison après leur intrusion en finale du Mondial

Les Pussy Riot ont été reconnus coupables d’avoir «gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs». [Mladen ANTONOV / AFP]

Les quatre membre du groupe féministe contestataire étaient entrés brièvement sur la pelouse dimanche à Moscou, avant d’être interceptées par les stadiers, à la 53e minute de la finale France-Croatie de la Coupe du monde 2018.

Un tribunal de Moscou a condamné Veronika Nikoulchina, Olga Pakhtoussova, Piotr Verzilov et Olga Kouratcheva, des Pussy Riot, à quinze jours de prison et leur a interdit d’assister à des événements sportifs pour trois ans. 

Ils ont été reconnus coupables d’avoir «gravement enfreint les règles du comportement des spectateurs» et se sont vu infliger la peine maximale. 

Quelques minutes après ce moment sur la pelouse du stade, le groupe russe avait revendiqué que ses membres étaient à l’origine de l’intrusion, via ses pages Twitter et Facebook.

Les Pussy Riot avaient profité de l’occasion pour diffuser également une liste de six requêtes telles que : «Libérez tous les prisonniers politiques». Les autres évoquaient la fin des arrestations lors des manifestations pacifiques et «l’autorisation de la concurrence politique dans le pays».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles