Décès de Kofi Annan : les hommages se multiplient

Ancien secrétaire général des Nations unies et lauréat du prix Nobel de la paix, Kofi Annan est décédé ce samedi, à l'âge de 80 ans, des suites d'une «brève maladie».[Brendan SMIALOWSKI / AFP]

Ancien secrétaire général des Nations unies et lauréat du prix Nobel de la paix, Kofi Annan est décédé ce samedi, à l'âge de 80 ans, des suites d'une «courte maladie».

Sur Twitter, de nombreuses personnalités, en France comme à l'étranger, ont immédiatement réagi, pour lui rendre hommage, à l'instar de son successeur, Antonio Guterres, qui a salué «une force qui guidait vers le bien».

Roch Marc Christian Kaboré, président du Burkina Faso, présente ses sincères condoléances à la famille de Kofi Annan, à ses proches, et au peuple ghanéen.

Emmanuel Macron a rendu hommage, au nom de la France, à Kofi Annan. «Nous n’oublierons jamais son regard calme et résolu, ni la force de ses combats», déclare le président de la République.

Le président russe, Vladimir Poutine, a rendu hommage à l'ancien secrétaire général des Nations Unies, dans un message rendu public par le Kremlin.


«J'ai sincèrement admiré sa sagesse et son courage, sa capacité à prendre des décisions réfléchies même dans les situations les plus complexes et critiques. Son souvenir restera à jamais dans le cœur des Russes», a-t-il déclaré.

Alain Mabanckou, écrivain franco-congolais, lauréat du prix Renaudot en 2006 salut une voix de médiation salutaire.

Carles Puigdemont, ancien président de la Catalogne, a rappelé que Kofi Annan avait beaucoup œuvré au maintien du dialogue avec l’Espagne.

Kenneth Roth, directeur exécutif de Human Rights Watch depuis 1993, estime que le monde perd un grand leader.

Pour Abdoulaye Diop, ancien ministre des Affaires Étrangères du Mali, l’Afrique perd l’un de ses plus dignes fils.

Olivier Bianchi, le maire de Clermont-Ferrand : «Kofi Annan est mort et l’ONU perd l’un de ses grands dirigeants, qui aura marqué un pan considérable de notre histoire contemporaine».

François de Rugy, président de l’Assemblée nationale, met l’accent sur l’œuvre de paix et de solidarité de Kofi Annan.

Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement, a cité l’une des phrases les plus emblématiques de Kofi Annan pour lui rendre hommage : «sans progrès, il n’y a pas de paix possible. Sans paix, il n’y a pas de progrès possible».

Le Ghana décrète une semaine de deuil national

Le président ghanéen Nana Akufo-Addo a décrété une semaine de deuil à partir de lundi dans son pays en hommage à Kofi Annan. 

«Il a considérablement contribué au renom de notre pays par sa position, par sa conduite et son comportement dans le monde», déclare le président dans un communiqué au sujet de l'ex-secrétaire-général de l'ONU et prix Nobel de la paix, né à Kumasi, dans la région Ashanti du Ghana.

«J'ai ordonné qu'en son honneur, le drapeau national soit mis en berne dans tout le pays et dans les représentations diplomatiques dans le monde, à partir de lundi 20 août, pour une semaine», annonce-t-il.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles