Grèce : une célèbre réfugiée syrienne inculpée pour avoir aidé des migrants

«Sarah est profondément idéaliste et engagée dans l'aide aux réfugiés», selon le directeur de l'université allemande dans laquelle elle étudie. [Capture d'écran Instagram / Sarahezzatmardi]

La réfugiée syrienne Sarah Mardini, célèbre pour avoir, avec sa soeur nageuse olympique Yusra, sauvé des migrants en mer, a été inculpée à Athènes, en Grèce, pour participation à un réseau criminel d'aide à l'immigration irrégulière. 

La jeune femme de 23 ans a été arrêtée le 21 août dernier sur l'île de Lesbos, en mer Egée, où elle aidait les réfugiés au sein d'une ONG.

Son cas a été rendu public mardi 28 août par le site grec Protagon, après l'annonce par la police du démantèlement d'un «réseau criminel» d'aide à l'immigration irrégulière, impliquant au total 30 membres de l'ONG ERCI (Emergency response centre international) déployée à Lesbos.

 

#safepassege4all

Une publication partagée par Sarah Mardini(سارة مارديني) (@sarahezzatmardi) le

La jeune femme, et un autre volontaire, le germano-irlandais Sean Binder, arrêté avec elle et placé en détention sur l'île de Chios, près de Lesbos, «rejettent toutes les charges» qui les visent, a déclaré leur conseil Haris Petsikos.

 

The people I live with @ercintl thanks @eric_reidy_writes for the photos

Une publication partagée par Sarah Mardini(سارة مارديني) (@sarahezzatmardi) le

 

Basics truth do not change .

Une publication partagée par Sarah Mardini(سارة مارديني) (@sarahezzatmardi) le

Ils ont notamment été inculpés des crimes de «participation à une organisation criminelle», «violation de secrets d'Etat» et «recel», passibles de la réclusion à perpétuité, a-t-il précisé.

«Criminalisation de la solidarité»

«Pour moi, il s'agit clairement d'un cas de criminalisation de l'aide aux réfugiés», a commenté Haris Petsikos.

L'avocat a déposé ce 29 août une demande de remise en liberté de Sarah, qui vit en Allemagne avec sa famille et y est boursière au collège Bard de Berlin en première année de sciences économiques et sociales.

«Sarah est profondément idéaliste et engagée dans l'aide aux réfugiés, c'est cela sa motivation», et «la priorité est de la faire sortir de prison» a réagi le directeur de Bard, Florian Becker.

Il a jugé son placement en détention «disproportionné par rapport à la qualité des charges» retenues contre elle.

Sarah et sa soeur Yusra étaient devenues célèbres pour avoir mené à bon port, grâce à leurs compétences de nageuses, le bateau en difficulté qui les amenait de Turquie à Lesbos en août 2015, avec 18 autres personnes à bord. 

Yusra a participé aux jeux Olympiques de Rio en 2016 dans l'équipe des sportifs réfugiés et elle est depuis l'année dernière ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat aux Réfugiés de l'ONU. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles