Pas assez de fruits et légumes sur la planète pour nourrir la population sainement

Selon cette étude, la production de fruits et de légumes est bonne pour notre santé mais aussi pour la planète. [MIGUEL MEDINA / AFP]

Une étude publiée par l’Université de Guelph (Canada) affirme que si tous les habitants de la planète souhaitaient se nourrir sainement, il n'y aurait pas assez de fruits et de légumes pour tous.

Produire plus de protéines végétales apparaît ainsi comme une nécessité. Pour le professeur Evan Fraser, l’un des co-auteurs de l’étude, le système d’agriculture actuel n'est pas compatible avec une alimentation saine en adéquation avec les conseils des nutritionnistes.

«Les résultats montrent qu’il y a actuellement une surproduction de céréales, de graines et de sucre pendant que la production de fruits, de légumes, et à moindre degré de protéines, n’est pas suffisante pour couvrir les besoins nutritionnels de la population actuelle».

A la tête de ce groupe de chercheurs, le scientifique Krishna KC, chercheur dans le Département de Géographie, Environnement et Géomatique, précise que les pays en développement se concentrent sur la culture de glucides, faciles à produire et pouvant nourrir de nombreuses personnes, et les pays développés sur les céréales et le maïs, dans le but de devenir autosuffisants.

Nourrir la prochaine génération, un défi pressant

Afin de préserver la planète, un régime alimentaire à base de fruits et de légumes serait bénéfique car il nécessite moins d’espace pour pousser que les céréales, le sucre et les matières grasses. Le groupe a calculé un manque de terres à l’horizon 2050, quand la population devrait atteindre 9,8 milliards d’habitants.

Les chercheurs affirment que pour parvenir à cette baisse, les consommateurs doivent manger moins de viande et le secteur alimentaire produire plus de protéines végétales.

«Nourrir la prochaine génération est l'un des défis les plus pressants du XXIe siècle. Selon une analyse de la population croissante, la seule façon de manger sainement, de préserver les sols et de réduire les émissions de gaz à effet de serre est de consommer et de produire plus de fruits et les légumes ainsi que la transition vers des régimes plus riches en protéines à base de plantes», a conclu le professeur Fraser.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles