Un nouveau gratte-ciel londonien pourrait perturber le système de contrôle aérien

La demande de permis de construction de la Tulip tower a été déposée le 13 novembre dernier[Capture d'écran YouTube/@A As Architecture]

A Londres, les architectes rivalisent d'ingéniosité pour aller toujours plus haut. Mais la Tulip tower, un gratte-ciel en projet qui serait le plus élevé de la capitale britannique, pourrait bien perturber le système de contrôle aérien. 

Depuis la présentation de cette nouvelle tour en forme de tulipe, la presse et les citoyens anglais ne se sont pas montrés tendres. Elle est déjà comparée à un mini-cornichon, un œuf retenu par trois cuillères, voire même un immense phallus. Mais au-delà de la question esthétique, certains craignent qu'elle ne perturbe les avions, du haut de ses 305 mètres. 

L'aéroport de Londres-City inquiète

Ce qui inquiète les experts, ce sont les nacelles mobiles que le cabinet Foster + Partners et le groupe Safra comptent installer sur la partie supérieure du gratte-ciel. Elles sont censées tourner, comme une grande roue. 

L'aéroport de Londres-City, qui ne se trouve qu'à quelques kilomètres du site où devrait être érigée la Tulip tower, a ainsi demandé l'avis du système national de contrôle du trafic aérien, expliquant que «les nacelles bougeront, et pourront ainsi avoir un effet légèrement différent comparé à l'élément statique du bâtiment». Sa construction ne peut commencer sans une étude approfondie de l'impact qu'elle aura sur les radars.

La demande de permis de construction de la Tulip tower, attendue comme la prochaine attraction touristique et culturelle de la ville de Londres, a été déposée le 13 novembre dernier. La bulle de verre posée sur une tige en béton devrait contenir plusieurs bars et restaurants, une galerie d'exposition et des tobaggans géants.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles