L'espérance de vie continue de baisser aux États-Unis

L'espérance de vie d'un Américain né en 2017 est évalué à 78,6 ans. [SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Les statistiques de santé publiées ce jeudi 29 novembre révèlent que l'espérance de vie n'a cessé de baisser entre 2014 et 2017 aux États-Unis. 

Le pays fait face à une chute historique. «C'est la première fois que l'on voit une tendance à la baisse depuis la grande épidémie de grippe de 1918», a déclaré Robert Anderson, chef des statistiques sur la mortalité au Centre national des statistiques de santé

Les overdoses en cause

En 2014, l'espérance de vie à la naissance était de 76,5 ans pour un homme, et de 81,3 ans pour les femmes. Ces chiffres sont passés à 76,1 ans pour les Américains et 81,1 ans pour les Américaines en 2017. 

Cette troisième année de baisse consécutive serait principalement due à une crise des overdoses de drogue. En effet, l'année dernière, environ 70.000 Américains en sont morts. Il s'agit d'une hausse de plus de 10% par rapport à 2016. «Ces statistiques nous alertent et montrent que nous perdons trop d'Américains, trop souvent pour des causes évitables», a commenté le directeur des Centres de contrôle et de prévention des maladies, Robert Redfield, dans un communiqué. 

L'étude distingue deux catégories d'overdoses : celles qui sont provoquées par les drogues non-opiacées (cocaïne, méthamphétamine, MDMA), et les autres, dues à la consommation de d'opiacés (héroïne, morphine, oxycodone).

Une trajectoire en déclin ?

La première catégorie compte 27.000 morts en 2017, tandis que la seconde, largement plus importante, en compte 43.000. Dernièrement, ce sont les opiacés synthétiques qui ont fait le plus de dégâts : le taux de mortalité avait doublé en 2016, et a bondi de 45% en 2017.

Si le nombre d'overdoses continue de croître, son évolution est moins soutenue. Les données préliminaires pour 2018 semblent par ailleurs indiquer que la crise a atteint son pic pendant les quatre premiers mois de l'année.

Le suicide est l'autre cause qui a pris de l'ampleur ces dernières années, selon les statistiques. En 1999, on dénombrait 10,5 suicides pour 100.000 personnes. Dix-huit ans plus tard, ce chiffre est passé à 14. Ce fléau touche principalement les jeunes femmes, qui vivent en milieu rural. «Nous sommes un pays développé, l'espérance de vie devrait augmenter, pas diminuer», a assuré Robert Anderson, interrogé par U.S News

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles