Nissan essaie de choisir un successeur à Carlos Ghosn

Le portrait de Carlos Ghosn diffusé par la télévision japonaise sur un écran géant à Tokyo, le 10 décembre 2018 [Martin BUREAU / AFP] Le portrait de Carlos Ghosn diffusé par la télévision japonaise sur un écran géant à Tokyo, le 10 décembre 2018 [Martin BUREAU / AFP]

Le groupe automobile japonais Nissan réunit lundi son conseil d'administration pour, officiellement, nommer un remplaçant à son président déchu Carlos Ghosn, mais la tâche s'annonce difficile alors que son principal actionnaire, Renault, accentue la pression.

Un mois après l'arrestation pour dissimulation de revenus de l'homme fort de l'alliance, depuis mis en examen et toujours en détention, la situation entre les deux alliés s'envenime, loin de l'unité de façade affichée. Nissan, également inculpé dans cette affaire en tant que personne morale, a reçu une lettre de son partenaire français réclamant la convocation au plus vite d'une assemblée générale d'actionnaires, selon une source proche du dossier, confirmant des informations du Wall Street Journal (WSJ).

Le directeur général de Renault, Thierry Bolloré, juge que cette "inculpation crée des risques importants pour Renault, en tant que plus important actionnaire de Nissan, et pour la stabilité de notre alliance industrielle". Une AG permettrait de "discuter de la gouvernance et d'autres sujets, comme des personnes nommées par Renault au conseil d'administration de Nissan et dans ses hauts rangs", selon ce courrier.

Renault s'est refusé à tout commentaire. Idem pour Nissan qui a redit son "engagement inébranlable" envers l'alliance de 20 ans formant, avec Mitsubishi Motors, le premier ensemble automobile mondial.

Gouvernance en question

Renault, qui a sauvé naguère Nissan de la faillite, détient 43,4% du constructeur japonais, qui possède de son côté 15% de son partenaire français mais sans droits de vote.

Le PDG de Nissan Hiroto Saikawa lors d'une conférence de presse à Tokyo, le 19 novembre 2018 [Behrouz MEHRI / AFP/Archives]
Le PDG de Nissan Hiroto Saikawa lors d'une conférence de presse à Tokyo, le 19 novembre 2018

Au fil des ans, les rancoeurs se sont accumulées au sein du constructeur japonais face à ce déséquilibre. Mais, si certains de ses responsables avaient pu espérer profiter de l'éviction de M. Ghosn pour revoir les termes de l'alliance, Nissan et son patron exécutif, Hiroto Saikawa, apparaissent aujourd'hui fragilisés, d'autant que le groupe est aussi secoué par un scandale lié à l'inspection de véhicules.

"L'affaire Ghosn" a mis au jour les carences de la gouvernance du groupe, avec une question centrale: comment se fait-il que Nissan n'ait pas découvert ou dénoncé plus tôt les "actes graves" dont il accable Carlos Ghosn ?

Le puissant patron d'industrie est poursuivi pour avoir omis de déclarer aux autorités boursières japonaises environ 5 milliards de yens (38 millions d'euros) de revenus durant cinq années, de 2010 à 2015. Il est en outre soupçonné d'avoir fait de même entre 2015 et 2018 pour un montant de 4 milliards de yens (31,1 millions d'euros).

À suivre aussi

Automobile Les moteurs Diesel récents polluent six fois plus que la norme
Etats-Unis Vidéo : un homme endormi au volant roule à 90 km/h à bord d'une Tesla
Pollution Automobile : Greenpeace fait la guerre aux SUV au salon de Francfort

Ailleurs sur le web

Derniers articles