Sur le point d'être déclaré en état de mort cérébrale, il se réveille après avoir été débranché

T. Scott Marr estime être un miraculé. [Capture d'écran 3 News Now]

L'histoire ressemblerait presque à un miracle de Noël : en décembre dernier, un Américain qui semblait se diriger vers un état de mort cérébrale est sorti du coma après l'arrêt de l'assistance respiratoire. 

Tout à commencé le 12 décembre, dans le Nebraska. T. Scott Marr, ancien commentateur de basketball de l'Université Creighton (Nebraska), avait été retrouvé par son fils le lendemain de son 61ème anniversaire, «dans son lit, inconscient» après un accident vasculaire cérébral

Aucun espoir, pour les médecins

Transporté en urgence à l'hôpital de la ville d'Omaha (Nebraska), son état s'est rapidement dégradé. Si bien que dès le lendemain de son admission, les neurochirurgiens ont annoncé à la famille Marr que le cerveau du patient était très enflé et «qu'elle devait se préparer pour la réalité de la situation».

«Ils nous ont dit qu'il se dirigeait vers la mort cérébrale, donc nous lui avons fait nos adieux avant de l'extuber», a raconté Preston Marr, la fille de T. Scott, à KETV7. «Toutes les machines étaient éteintes et on attendait à côté de lui», s'est-elle souvenue. Tous ont ensuite quitté les locaux pour «prendre rendez-vous pour la crémation». 

«il a souri»

Sauf que T. Scott Marr n'était pas prêt à passer l'arme à gauche. Le 14 décembre, soit deux jours après son AVC, le personnel hospitalier a contacté Preston Marr pour lui demander de venir rendre visite à son père. «Je suis allée vers lui, comme d'habitude, j'ai dit 'Bonjour papa' et il a souri», a-t-elle expliqué à KETV7. «C'était fou, je lui ai demandé de bouger ses pouces, il a bougé ses pouces lentement, je lui ai demandé de remuer les orteils, il les a doucement remués. Il a fallu que je me frotte les yeux pour m'assurer que c'était bien la réalité», s'est-elle exclamée. 

Selon les médecins, il aurait en fait été victime d'un syndrome d'encéphalopathie postérieure réversible, une élévation brutale de la pression artérielle survenant habituellement chez les patients chroniquement hypertendus. 

Interrogé par le Omaha World-Herald, celui qui est désormais surnommé «Miracle Man» aux États-Unis s'est dit reconnaissant pour cette deuxième chance. «Je ne suis pas un homme extrêmement religieux. Je ne vais pas à l'église tous les dimanches. Mais je crois en Dieu. J'y crois de tout mon cœur [...] C'était un miracle», a-t-il conclu, ajoutant qu'il comptait désormais «savourer chaque instant». 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles