Bolsonaro à Davos pour vendre son "nouveau Brésil", mariant populisme et libéralisme

 

Le populisme main dans la main avec le libéralisme économique? C'est plus ou moins l'image que voudra esquisser le nouveau président brésilien, Jair Bolsonaro, mardi à Davos, grand-messe annuelle de la mondialisation.

A son arrivée dans les Alpes suisses, il a lâché quelques mots aux journalistes brésiliens qui l'attendaient devant son hôtel: "Nous sommes ici pour montrer que le Brésil a changé".

Ce changement passe en particulier par la lutte contre la corruption, grande promesse de M. Bolsonaro, mais qui se retrouve aux prises au Brésil avec le tout premier scandale depuis son accession au pouvoir le 1er janvier: son fils aîné est en effet dans le viseur d'une agence gouvernementale pour des transactions financières.

Dans la station de ski huppée qu'il a choisie pour son premier déplacement international, le président d'extrême droite va s'employer à ce que "le monde reprenne confiance en nous, pour que les affaires fleurissent à nouveau, sans orientation idéologique", en référence aux gouvernements de gauche à la tête du Brésil pendant 13 ans (2003-2016).

M. Bolsonaro va tenter de séduire les quelque 3.000 grands patrons et décideurs politiques rassemblés jusqu'à vendredi à Davos, transformé tous les ans en camp retranché.

Le ballet des hélicoptères et des limousines dans la ville enneigée n'a pas amené cette année les têtes d'affiche qui avaient animé le Forum économique mondial l'an dernier.

Un policier se tient sur le toit d'un hôtel à Davos (Suisse), le 21 janvier 2019 [Fabrice COFFRINI / AFP]
Photo

ci-dessus
Un policier se tient sur le toit d'un hôtel à Davos (Suisse), le 21 janvier 2019

 

Donald Trump a renoncé pour cause de "shutdown", Theresa May a annulé sa venue pour tenter de trouver une issue à la crise du Bexit, et Emmanuel Macron, contesté par les "gilets jaunes", a également fait l'impasse.

"Cette année Davos se distingue par ceux qui ne viendront pas", observe Nariman Behravesh, chef économiste de la société IHS Markit, habitué du Forum.

Mais ce retour aux petits-déjeuners d'affaires et aux négociations commerciales "n'est pas forcément une mauvaise chose", juge-t-il. "Les patrons américains ne viennent pas ici pour écouter parler Trump, ils viennent rencontrer d'autres patrons".

- "Corriger l'image du Brésil" -

Les PDG devraient toutefois tendre l'oreille pour écouter Jair Bolsonaro, tête d'affiche de cette semaine de débats aussi hétéroclites qu'animés de bonnes intentions, sur les déchets plastiques, la santé mentale ou la paix dans le monde.

M. Bolsonaro doit faire un discours mardi à 14H30 GMT. Mais pour Bruno Binetti, du centre de réflexions Inter-American Dialogue, c'est son ministre de l'Economie, l'ultra-libéral Paulo Guedes, qui devra "décrire le programme avec plus de précision".

Le nouvel exécutif brésilien "est très favorable aux affaires, ce qui est une bonne chose", souligne M. Behravesh, appelant de ses voeux des baisses d'impôt et une "forte dérégulation".

Cette volonté de déréguler effraie toutefois les défenseurs de l'environnement au Brésil, qui s'inquiètent de voir tomber les barrières légales protégeant la forêt amazonienne et les tribus autochtones.

La chancelière allemande Angela Merkel (à droite) et sa dauphine Annegret Kramp-Karrenbauer, élue présidente de la CDU, le 7 décembre 2018 à Hambourg [Odd ANDERSEN / AFP/Archives]
Photo

ci-dessus
La chancelière allemande Angela Merkel (à droite) et sa dauphine Annegret Kramp-Karrenbauer, élue présidente de la CDU, le 7 décembre 2018 à Hambourg

 

Outre quelques responsables politiques européens - la chancelière allemande Angela Merkel accompagnée de sa dauphine désignée Annegret Kramp-Karrenbauer, et le chef du gouvernement italien, Giuseppe Conte - Davos accueillera aussi une importante présence chinoise.

Le discours mercredi du vice-président chinois Wang Qishan est un autre moment attendu du Forum économique mondial, en plein ralentissement de l'économie chinoise, sans oublier le bras de fer commercial avec les Etats-Unis.

Ce combat de titans, associé aux incertitudes autour du Brexit, fait peser de lourds risques sur l'économie mondiale, a averti lundi le Fonds monétaire international (FMI).

Toujours plus d'inégalités dans le monde [Kun TIAN / AFP]
Photo

ci-dessus
Toujours plus d'inégalités dans le monde

 

Et près de 30% des dirigeants d'entreprise estiment que la croissance économique mondiale devrait décliner au cours des 12 prochains mois, soit environ six fois plus que l'an dernier, selon une étude du cabinet PwC dévoilée à Davos.

L'organisation non gouvernementale britannique Oxfam a elle dénoncé lundi les inégalités galopantes: 26 milliardaires disposent désormais d'autant d'argent que les 3,8 milliards les plus pauvres de la planète. Trois d'entre eux sont annoncés à Davos: l'Américain Bill Gates, le magnat de l'industrie indien Muksh Ambani et le fondateur du géant chinois Alibaba, Jack Ma.

"Les inégalités minent la démocratie. Les gens sont en colère", a averti la directrice exécutive d'Oxfam, Winnie Byanyima.

Vous aimerez aussi

Notre-Dame : le point une semaine après l'incendie
Enquête Notre-Dame de Paris : le point une semaine après l'incendie
Caroline Garcia (g) et Kristina Mladenovic offrent le point de la victoire à la France lors du double contre la Roumanie en demi-finale de Fed Cup, le 21 avril 2019 à Rouen    [Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP]
Tennis Fed Cup : une finale et une belle histoire pour les Bleues
Photo prise le 21 avril 2019 à Dunbar (Ecosse) où  se tenait une compétition de "stone stacking", l'art de faire tenir les pierres en équilibre  [Andy Buchanan / AFP]
Art Sur la côte écossaise, des empileurs de pierre défient la gravité

Ailleurs sur le web

Derniers articles