Le gouvernement italien critique la victoire d’un italo-egyptien lors d’une émission de chant

La victoire d'Alessandro Mahmoud, de mère sarde et de père égyptien, n'a pas plu au gouvernement italien. La victoire d'Alessandro Mahmoud, de mère sarde et de père égyptien, n'a pas plu au gouvernement italien. [Capture Youtube]

Un chanteur italo-égyptien est devenu la cible du gouvernement populiste de droite en Italie, après avoir remporté le festival de la chanson Sanremo, un concours annuel qui attire des millions de téléspectateurs et qui a été utilisé pour choisir le candidat italien au concours de l’Eurovision.

Alessandro Mahmoud, connu sous son nom de scène Mahmood, a remporté la victoire samedi soir avec les votes d’un jury composé d’experts de la musique et de journalistes, qui représentent 60% de la note des candidats, alors que le public ne lui a accordé que 14% contre 46% pour le favori, Ultimo, pseudonyme du chanteur Niccolò Moriconi.

Mahmood est né à Milan d'une mère italienne et d'un père égyptien. Sa chanson gagnante, «Soldi», raconte son enfance et comprend des mots arabes. L'artiste, qui ne souhaite pas alimenter la polémique, a déclaré aux journalistes qu'il était «100% italien» et qu'il souhaitait que la chanson raconte une histoire plutôt que de faire valoir un argument politique.

Un tweet de Salvini

«Mahmood… mah… la plus belle chanson italienne? J'aurais choisi #Ultimo, et vous, vous en pensez quoi ?», a tweeté Matteo Salvini, vice-Premier ministre et chef du parti d'extrême droite de la Ligue, ajoutant qu'à en juger la réaction du public à la victoire, «90% des gens sont perplexes».

Le vice-Premier ministre de Salvini, Luigi Di Maio, membre de la coalition du Mouvement des Cinq étoiles de la Ligue, a dénoncé la «distance abyssale entre le peuple et les élites». La victoire de Mahmood a représenté les désirs d’un jury minoritaire composé pour la plupart «de journalistes et du chic radical» plutôt que de «la majorité des électeurs de leur pays», a écrit Di Maio sur Facebook.

«L'année prochaine, le gagnant ne devrait être choisi que par télévote, sachant qu'il en coûte 51 centimes aux Italiens !», a-t-il ajouté.

La chaîne de télévision «Rai» a retransmis la compétition. Son président, Marcello Foa, une personnalité controversée qui a exprimé son point de vue anti-immigration, a également demandé que le système électoral soit modifié. Il a déclaré qu'il y avait eu «un net déséquilibre entre le vote populaire et un jury composé de quelques dizaines de personnes» et que le système de vote devait être fixé «de manière à ce que le public se sente représenté.»

Un festival entouré de polémiques

Le festival de cinq jours, qui a attiré cette année plus de 10 millions de téléspectateurs, se déroule rarement sans polémiques. En janvier, l’auteur-compositeur-interprète Claudio Baglioni a été mis sur la sellette après qu’il a qualifié de «ridicule» le rejet de 49 migrants sauvés par Salvini. Lors d'une discussion après le spectacle vendredi soir, le chanteur Francesco Renga a déclaré que les chanteuses avaient «une voix moins harmonieuse» que leurs homologues masculins en réponse à une question sur les quelques candidates.

Néanmoins, une intervention politique de haut niveau est inhabituelle.

«Chaque année, il y a quelque chose, mais avec le type de gouvernement que nous avons maintenant et l'histoire de Salvini et de l'immigration, il semble y avoir un prétexte», a déclaré Federico Capitoni, journaliste et critique musical pour le quotidien La Repubblica. Ce dernier a déclaré qu'il était plausible que certains des journalistes ayant voté aient envoyé un message politique en soutenant le chanteur.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles