Carlos Ghosn juge «cruel et inutile» de restreindre ses contacts avec son épouse

Carlos Ghosn, libéré sous caution, a quitté jeudi le centre de détention de Tokyo, où il se trouvait depuis sa nouvelle arrestation surprise le 4 avril sur des accusations de malversations.

L'ex-PDG de Renault-Nissan est sorti peu après 22H20 (13H20 GMT) d'un pas confiant, encadré de gardiens, vêtu d'un costume sans cravate, sous les flashes des nombreux médias, avant de monter dans un véhicule noir, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Il a jugé «cruel et inutile» de restreindre ses contacts avec son épouse.

Lors de sa première libération le 6 mars, il avait été la risée des médias pour avoir revêtu une tenue d'ouvrier afin de tenter d'échapper aux caméras. L'avocat qui avait eu cette idée avait dû s'excuser ensuite et cette fois, M. Ghosn devrait sortir dans des conditions moins rocambolesques.

L'ex-PDG de Renault-Nissan, qui avait initialement été arrêté le 19 novembre à Tokyo, avait déjà payé un milliard de yens (8 millions d'euros) pour sortir le 6 mars du centre de détention du quartier de Kosuge, après avoir obtenu une première mise en liberté conditionnelle avec assignement à résidence dans la capitale nippone.

Mais les procureurs ont décidé à peine un mois plus tard de l'interpeller de nouveau sur des faits supplémentaires. Carlos Ghosn est sous le coup de quatre inculpations pour diverses malversations financières, dont des dissimulations de revenus dans des documents boursiers et deux cas différents d'abus de confiance aggravé.

À suivre aussi

Manga Les 4 meilleurs mangas de septembre 2019
Manga «Gigant», la nouvelle perle du manga SF
Japon Sur Twitter, la galère des passagers bloqués à l’aéroport de Tokyo en raison du typhon Faxai

Ailleurs sur le web

Derniers articles