Un Nord-Coréen intercepté par le Sud après avoir franchi la frontière

Des soldats sud-coréens patrouillent le long de la frontière avec la Corée du Nord à Goseong, le 14 juin 2019 [Jung Yeon-je / AFP/Archives] Des soldats sud-coréens patrouillent le long de la frontière avec la Corée du Nord à Goseong, le 14 juin 2019 [Jung Yeon-je / AFP/Archives]

Un Nord-coréen a franchi la frontière inter-coréenne et se trouvait jeudi matin sous la garde de la Corée du Sud, a annoncé l'état-major de l'armée sud-coréenne.

L'identité de ce Nord-Coréen et les raisons pour lesquelles il a traversé la frontière lourdement gardée n'ont pas été précisées.

Selon l'armée sud-coréenne, l'homme a été découvert tard mercredi soir alors qu'il avançait vers le sud après avoir franchi la ligne de démarcation au sein de la Zone démilitarisée (DMZ), dans la partie centrale de la frontière intercoréenne.

«La personne non-identifiée est un homme nord-coréen et l'agence gouvernementale compétente est en train de l'interroger pour savoir comment il a franchi la frontière et sur ses motivations», a indiqué l'état-major dans un bref communiqué.

Aucun mouvement inhabituel des troupes nord-coréennes le long de la frontière n'a été détecté, a-t-il ajouté.

Plus de 30.000 Nord-Coréens sont passés en Corée du Sud depuis la fin de la guerre de Corée (1950-1953), selon des chiffres officiels de Séoul. Mais les défections à travers la DMZ sont extrêmement rares, la très grande majorité de ceux qui veulent s'enfuir passant par la Chine, dont la frontière avec la Corée du Nord est plus poreuse.

En novembre 2017, un soldat du Nord avait notamment réussi à franchir sous une pluie de balles la ligne de démarcation dans le village de Panmunjom, où les armées des deux Corées se font face à quelques mètres de distance. Les images de cette fuite spectaculaire avaient fait la une dans le monde entier.

Soumise à de lourdes sanctions internationales en raison de ses essais nucléaires et de missiles balistiques, la Corée du Nord qualifie habituellement d'«ordures humaines» les transfuges, qui constituent pour le Sud une importante source d'information sur la façon dont Pyongyang traite ses sujets.

À suivre aussi

Photographie d'un essai nucléaire français effectué en 1971 dans l'atoll de Moruroa, en Polynésie française.
Diplomatie Une guerre entre les Etats-Unis et la Russie tuerait 34 millions d'individus en quelques heures, selon une simulation
Le site d'un attentat suicide commis le 17 septembre 2019 lors d'un meeting électoral du président afghan Ashraf Ghani à Charikar, province de Parwan [ABDUL SHAHMIM TANHA / AFP]
Conflit Afghanistan : double attentat pendant la campagne électorale, au moins 48 morts
Le conflit israelo-palestinien, ici à la frontière de la Bande de Gaza, l'un des sujets du livre de P.Boniface et H.Védrine
Crise Pascal Boniface : «on pensait que la fin de la guerre froide signifiait la fin des conflits»

Ailleurs sur le web

Derniers articles