Quelles seront les dernières étapes avant le Brexit ?

La rentrée parlementaire qui aura lieu le 3 septembre prochain au Royaume-Uni sera de courte durée[DANIEL SORABJI / AFP]

Alors que le Premier ministre britannique Boris Johnson a décidé de suspendre le Parlement jusqu'au 14 octobre, une vague d'indignation a gagné une partie du pays. Cette annonce qui perturbe la vie politique outre-Manche, a du même coup quelque peu bousculé le calendrier du Brexit. Les dates clé à connaître avant la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne prévue le 31 octobre, sauf nouveaux rebondissements.

Le 3 septembre : la rentrée parlementaire

La rentrée parlementaire qui aura lieu le 3 septembre prochain au Royaume-Uni sera de courte durée. Le Premier ministre Boris Johnson a en effet décidé que les députés n'auraient qu'une semaine, ou un peu plus, pour débattre, avant que l'Assemblée ne soit suspendue.

Cela rend extrêmement difficile aux adversaires d'une sortie de l'UE sans accord de tenter de légiférer pour exclure un tel scénario, envisagé par Boris Johson, ou de déposer une motion de censure contre le gouvernement.  

Entre le 10 et le 12 septembre : la suspension de l'Assemblée

La date précise de la suspension de l'Assemblée n'a pas encore été fixée par le gouvernement. Mais que ce soit le 10 ou le 12 septembre, le Parlement ne reprendra ses travaux que cinq semaines plus tard.

Une telle suspension permet habituellement aux principaux partis politiques de tenir leur congrès. Mais sa longueur inhabituelle, qui va au-delà des trois semaines sur lesquelles s'étalent les congrès, scandalise. L'opposition dénonce une manoeuvre du Premier ministre pour éviter qu'elle ne puisse débattre et bloquer un «no deal».

Du 14 septembre au 2 octobre

Pendant cette période, les congrès des principaux partis politiques auront lieu comme ceux des partis libéral-démocrate (du 14 au 17 septembre), travailliste (21 au 25) et conservateur (29 septembre au 2 octobre).

14 octobre : Le discours de la Reine

La reine Elizabeth II présentera le programme de son gouvernement devant le Parlement, qui reprend ses travaux. Les députés n'auront que trois jours pour discuter du Brexit avant un Conseil européen crucial.

Les 17 et 18 octobre : le Conseil européen réuni à Bruxelles

Le Conseil européen se réunira à Bruxelles, marquant ainsi la dernière chance d'entériner un éventuel accord de divorce entre le Royaume-Uni et l'UE, avec la question de la frontière irlandaise comme principal sujet de contentieux.

Le gouvernement de Boris Johnson veut supprimer le «backstop», une disposition consistant à garder tout le Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE faute de meilleure solution afin d'éviter une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande, toujours membre de l'UE, au sud.

31 octobre : Entrée en vigueur du Brexit, à moins d'un nouveau report

Le Brexit avait été au départ fixé au 29 mars et repoussé à deux reprises. Mais cette fois-ci, Boris Johnson s'est engagé à tenir le calendrier «coûte que coûte», avec ou sans accord de sortie.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles