Les États-Unis bannissent les drones chinois de toute utilisation gouvernementale

Les drones chinois dans le viseur des Etats-Unis. Les drones chinois dans le viseur des Etats-Unis.[NICOLAS TUCAT / AFP]

La guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis se poursuit. Le Département de l'Intérieur américain a ainsi décidé que tous les drones utilisés par le gouvernement et sortants d'usines chinoises, ou qui contiennent du matériel chinois, seraient laissés au sol pour une inspection détaillée.

Le but de la manoeuvre est d'insister sur la potentielle dangerosité de la technologie chinoise, qui servirait à espionner les différents pays du monde. L'administration de Donald Trump insiste depuis le début de son mandat sur le fait que les produits Huawei pouvaient présenter un risque. Il s'agit d'une des causes de la guerre commerciale qui fait rage entre les deux pays depuis plusieurs mois. 

Dans le cas des drones, le Département de l'Intérieur a cependant assuré que tous les objets volants employés dans le cadre de missions d'urgence, comme la lutte contre les feux de forêts, continueraient d'être utilisés. Ces engins sont devenus particulièrement importants, puisque pas moins de 10 000 vols auraient été effectués en 2018, selon un rapport officiel, sans préciser combien de ces drones étaient chinois. 

Une bonne partie cependant provient de la marque DJI, dont le siège social est situé à Shenzen. Soupçonnée de partager les données récoltées par les drones, l'entreprise a proposé d'assembler une nouvelle version de ses engins, sous le nom «d'édition gouvernementale». Le tout dans le but de ne pas se voir plus sanctionner et perdre un acheteur important. 

Malgré tout, la décision américaine, qui cible une nouvelle fois les entreprises chinoises, ne devrait pas apaiser les tensions entre Donald Trump et Xi Jinping alors que des négociations commerciales sont toujours en cours. Comme le rappelle le New York Times, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois avait déclaré quelques jours avant cette annonce que les différentes sanctions contre les entreprises nationales provenaient d'une «mentalité issue de la Guerre Froide». 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles