Hugues Royer : "Vanessa Paradis est une guerrière"

Dans Vanessa Paradis, la vraie histoire, Hugues Royer revient sur la vraie nature de la star.[(C) Astrid di Crollalanza]

Dans sa biographie non officielle Vanessa Paradis, la vraie histoire (Ed. Flammarion), le journaliste et écrivain Hugues Royer dresse un portrait méconnu de l'artiste de 41 ans, loin de l'image de lolita qui lui a longtemps collé à la peau après la sortie du tube Joe le taxi.

 

Pourquoi s'intéresser à Vanessa Paradis ?

Je suis fasciné par les artistes qui arrivent à construire une carrière sur le long terme ; c’est toujours la marque d’une grande intelligence.

J’aime aussi les artistes qui ont le goût du secret : chez eux, la partie immergée de l’iceberg est forcément passionnante à découvrir, parce qu’ils ne montrent pas tout.

Vanessa Paradis nous enchante depuis vingt-sept ans et, paradoxalement, on savait peu de choses sur elle. J’ai eu envie de savoir si son parcours était vraiment le conte de fées qu’on nous a vendu…

 

Vous vous êtes heurté à de nombreux refus de la part de certains de ses proches. Comment avez-vous mené votre enquête ?

J’ai contacté méthodiquement tous ceux qui ont joué, de près ou de loin, un rôle dans le parcours de Vanessa. Certains ont refusé de me parler. Pour se protéger, cette artiste a érigé des barricades autour d’elle.

Heureusement, ceux, nombreux, photographes, musiciens, cinéastes ou amis, qui ont accepté de témoigner m’ont permis de reconstituer avec précision le fil de sa carrière, balayant au passage certaines idées reçues.

Parler à sa grand-mère paternelle, une dame âgée très joyeuse, a été la cerise sur la gâteau. Un moment particulièrement émouvant.

 

Combien de temps a duré cette investigation ?

J’ai enquêté durant plus d’un an afin de recueillir le plus de témoignages possibles et recouper mes informations.

Chemin faisant, j’ai été bluffé par la richesse de ce destin hors-normes qui touche à la fois la chanson, le cinéma et la mode. Vanessa donne souvent l’impression que tout est facile, mais elle a travaillé énormément. Rien ne lui est tombé tout cuit - y compris sa divine idylle avec Johnny Depp.

Sa chance, elle est allée la chercher avec les dents ! Ce qui m’a donné, par ricochet, beaucoup de travail…

 

Comment expliquer que cette femme reste l'une des personnalités les plus appréciées des Français, près de trente ans après ses débuts ?

Entre Vanessa et la France, c’est une histoire unique. On l’a vue démarrer à 14 ans, devenir femme, puis maman. C’est un peu un membre de la famille.

Et puis, son histoire avec Johnny Depp lui a donné une autre dimension : elle nous a bluffés en décrochant l’acteur le plus sexy du monde.

Depuis plus de vingt-cinq ans, elle est l’héroïne d’un feuilleton qui continue de nous fasciner. Et elle n’a pas fini de nous surprendre.

 

Pour vous, qui est vraiment Vanessa Paradis ?

C’est une guerrière, une fille qui ne lâche rien. Un mec à l’intérieur !

Avec ses proches, elle est solaire, attentionnée, généreuse. Mais avec ceux qu’elle ne « sent » pas, elle peut se montrer intraitable, insupportable, voire odieuse.

C’est aussi une femme qui manque terriblement de confiance en elle, avec une part d’ombre touchante, plus riche de ses doutes que de ses certitudes.

 

Ses histoires sentimentales ont-elles joué un rôle déterminant dans sa carrière ?

Dans son cas, la musique et l’amour sont intimement liés. Vanessa se donne corps et âme.

Son histoire avec Lenny Kravitz, qui lui a écrit un album sur-mesure, en est l’illustration. De même, lorsqu’elle vit avec Johnny Depp, il compose pour elle et réalise plusieurs clips.

Aujourd’hui, elle forme avec Benjamin Biolay un couple très créatif qui fait penser au duo Gainsbourg-Bardot.

Vanessa est une muse amoureuse, mais une muse active : c’est elle qui choisit les hommes qui vont devenir des collaborateurs - et plus si affinités.

 

Depuis sa séparation, celle qui se rêvait princesse est-elle plus méfiante à l'égard des médias ?

La méfiance de Vanessa vis-à-vis des médias remonte à l’époque post-« Joe le taxi ». Quand elle a vu les journalistes retourner leur veste aussi vite, la détestant après l’avoir adorée, elle en a tiré une leçon pour la vie entière.

Depuis, à de rares exceptions, comme lorsqu’elle est devenue maman (elle était intarissable sur Lily-Rose !), elle s’est murée dans une forme de silence pour tout ce qui concerne sa vie privée.

Evidemment, sa rupture avec Johnny Depp a encore renforcé ses défenses.

 

Son oncle, le comédien Didier Pain, a-t-il été sa "bonne étoile" ?

Son oncle, qui n’a pas eu d’enfant, a reporté toute son affection sur elle : il a tout donné pour exaucer les rêves de Vanessa. C’est lui qui a permis la rencontre avec Franck Langolff, le compositeur de « Joe le taxi ».

Cet acteur de seconds rôles voulait que sa nièce décroche les premiers rôles. Avec un vrai génie du marketing, il a été l’artisan des plus gros « coups » de la carrière de Vanessa, comme son album avec Gainsbourg ou le film « Elisa ».

Sans lui, qui sait si elle aurait percé ?

 

Parmi toutes ces anecdotes, quelle a été la plus grande découverte pour vous ?

Sa capacité à se remettre en selle, se réinventer sans cesse. Malgré les échecs, notamment au cinéma. Malgré sa rupture avec Johnny Depp, qui ne l’aura pas détruite.

"C’est un bulldozer en porcelaine", m’a confié Patrice Leconte. Son instinct de survie est phénoménal !

 

Vanessa Paradis vous a-t-elle contacté pour vous demander de ne pas sortir ce livre ?

Absolument pas ! Cette biographie n’est pas officielle, mais elle est parfaitement autorisée.

Si ce n’était pas le cas, nous n’aurions pas pu bénéficier d’une sublime photo de Jean-Baptiste Mondino pour la couverture.

 

Savez-vous si elle a lu votre ouvrage ?

Elle n’a pas encore lu la biographie, mais ça ne saurait tarder…

 

Quel est le plus beau compliment qu'elle pourrait vous faire après l'avoir lu ?

J’aimerais qu’elle se sente « vue », comprise, dans sa complexité et ses paradoxes. J’aimerais aussi qu’en revisitant son histoire elle soit fière de son parcours. Enfin, j’aimerais qu’elle sente la bienveillance de ce portrait.

Au fond, si j’ai écrit sur elle, c’était pour trouver des raisons de l’aimer davantage.

 

 

Vanessa Paradis, la vraie histoire, de Hugues Royer. Ed. Flammarion, 19,90 €.

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles