Tout savoir sur «3 Doors Down», le groupe de rock qui jouera à l’investiture de Trump

Formé en 1996, le groupe est originaire du Mississipi. [Justin Allen Hundsnurscher / Wikipedia]

Pour l’investiture de Donald Trump, trois jours de festivités sont prévues, du jeudi 19 au samedi 21 janvier. Alors que plusieurs artistes ont décliné l'invitation à venir jouer sur scène, le groupe de rock «3 Doors Down» sera l'une des têtes d'affiche de cet événement musical gratuit. 

Ce dernier aura lieu sur les marches du Lincoln Memorial à Washington, intitulé «Make America Great Again! Welcome Party», en référence au slogan de campagne de Trump.

A lire aussi : Tout savoir sur la cérémonie d'investiture de Donald Trump

Formé en 1996, le groupe «3 Doors Down» est originaire du Mississipi et s’est fait connaître grâce au succès de son premier single «Kryptonite», sorti en 2000. S’enchaîne un premier album «The Better Life», la même année, qui fut la onzième meilleure vente d’album cette année-là aux Etats-Unis. Depuis, quatre albums ont été réalisés avec plus ou moins de succès. Au cours de sa carrière, le groupe a vendu plus de vingt millions d’albums dans le monde.

Un côté sombre

Mais le groupe possède également un part d'ombre. Plusieurs de ses membres ont reconnu être dépendants aux antidouleurs. Le premier guitariste du groupe, Matt Roberts, est décédé d’une overdose en 2016. Le 20 avril 2013, l’ancien bassiste Todd Harrel a quant à lui causé un accident de voiture à Nashville dans le Tennessee qui a entrainé la mort d’un homme de 47 ans.

Selon le tribunal, le bassiste avait avalé «360 cachets d’oxycondone (un analgésique stupéfiant) et soixante pilules d’Oxycotin en trente jours». Il s'agit de deux formes d’un analgésique très puissant. Malgré un passage en prison, il a de nouveau été arrêté, en février 2014, pour conduite sous influence, dans l’état du Mississipi. Il a depuis été condamné à deux ans de prison. Après cette seconde arrestation, le groupe a annoncé choisir de se séparer de son bassiste, le remplaçant définitivement par Justin Biltonen. 

Convictions ancrées

Le groupe n’a jamais caché ses convictions politiques. Les rockeurs ont lancé leur propre association de bienfaisance, The Better Life Foundation, destinée à venir en aide aux enfants de leur Etat afin de leur offrir une vie meilleure. Ses combats sont nombreux : des abus sur mineurs, jusqu’à aider à la reconstruction de zones dévastées du Mississipi après le passage de l’ouragan Katrina. En 2006, Brad Arnold, chanteur du groupe, a annoncé que la fondation avait levé 90.000 de dollars.

Particulièrement actif sur les réseaux sociaux, le guitariste Chris Henderson, membre du groupe depuis 1998, a fièrement indiqué sur son profil Instagram sa volonté de défendre le second amendement. Celui qui permet à ses partisans de défendre le droit de posséder une arme à feu sans condition, une conviction partagée et défendue par le président élu, Donald Trump.

A lire aussi : Obama - Trump : d'une Amérique à l'autre

A l’annonce de la présence du groupe pour les festivités inaugurales de la présidence Trump, le groupe a été l’objet de plusieurs menaces et de critiques. Un mouvement qui n’a pas effrayé les rockeurs, comme le prouvait Chris Henderson qui a réagi sur Twitter via un message destiné à ses opposants. «On s’est bien amusés aujourd'hui, en partie grâce aux trolls de Twitter qui ont mordu à l’hameçon. Malheureusement, j’avais d’autres choses à faire donc il est temps de rentrer chez soi et de me supprimer ça».

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles