Bertrand Renard, 37 ans de chiffres au milieu des lettres

C'est un visage familier, à la fois malicieux et rassurant. Bertrand Renard, le "Monsieur calcul" de l'émission "Des chiffres et des lettres", l'homme à la moustache noire devenue au fil des ans un bouc poivre et sel, manie depuis 37 ans les chiffres à la télévision.[AFP]

C'est un visage familier, à la fois malicieux et rassurant. Bertrand Renard, le "Monsieur calcul" de l'émission "Des chiffres et des lettres", l'homme à la moustache noire devenue au fil des ans un bouc poivre et sel, manie depuis 37 ans les chiffres à la télévision.

Ce Parisien, né le 28 avril 1955, n'a que 19 ans quand il se présente en 1974 comme candidat à cette émission un peu par hasard, en suivant un ami. Etudiant en Lettres à la Sorbonne, il porte alors des cheveux longs, mais déjà son inoubliable moustache.

Il remporte le jeu 12 fois de suite. Fort de ce brillant parcours, il se voit proposer au printemps 1975 de remplacer le "Monsieur calcul" de l'époque, Fabien Buhler.

Il n'en partira plus.

"Le jeu à l'époque était présenté par Patrice Laffont, qui avait 35 ans. Le +monsieur dictionnaire+ était Max Favalelli, qui était dans la tranche d'âge supérieure, 70 ans. Et moi j'étais le petit jeune. Donc ça faisait comme un équilibre", explique-t-il.

En 1986, c'est Arielle Boulin-Prat qui devient son acolyte des lettres. Bertrand Renard a coupé ses cheveux, mais pas sa moustache. Au début des années 80, ce littéraire passionné d'histoire s'est vu confier aussi un dictionnaire, ce qui lui permet d'ajouter les recherches de mots à son rôle de matheux.

Alliant rondeur et calme, maniant la plaisanterie mais aussi la rigueur, l'homme des chiffres impressionne par sa rapidité en calcul mental. Il est capable de faire une série d'opérations en quelques secondes.

Il est célèbre aussi pour sa mémoire impressionnante des chiffres, mais surtout des dates. Il connaît par coeur des centaines de dates, qu'il retient presque instantanément.

"amuseur, divertisseur"

"Ca aide à la marge pour l'émission. C'est vrai que quand je vois certains chiffres, je me souviens des comptes, ça revient vite, ça me fait gagner du temps. On gagne deux ou cinq secondes, mais sur une recherche de 45 secondes, c'est utile", explique-t-il.

"C'est une gymnastique de rapidité, et c'est en cela que ça m'amuse. Ce sont vraiment des neurones qui se connectent et qui vont vite", ajoute l'animateur, qui précise n'avoir "aucune méthode" de calcul, contrairement à certains champions des "Chiffres et des lettres".

Ces dernières années, son front s'est dégarni, sa moustache désormais grise s'accompagne d'un bouc. Un petit jeu rodé et complice s'est mis en place avec ses coanimateurs, Arielle Boulin-Prat, sa partenaire depuis 26 ans, et Laurent Romejko, qui présente le jeu depuis dix ans.

Il n'a jamais eu de remplaçant. Ses 37 ans à l'antenne sans interruption en font un recordman de longévité du PAF, présent depuis moins longtemps qu'un Michel Drucker mais plus souvent à l'antenne, puisqu'il y est de manière quotidienne.

Parallèlement, Bertrand Renard a aussi mené d'autres activités. Il a écrit un recueil de nouvelles et deux romans, dont l'un a obtenu un prix du roman de la Société des gens de lettres. Il a mené des activités journalistiques, en tant que chroniqueur dans "L'assiette anglaise" de Bernard Rapp en particulier.

"Je n'aurais absolument jamais imaginé me retrouver dans +Des chiffres et des lettres+ encore aujourd'hui. Ce n'était absolument pas dans l'idée", explique-t-il.

Il dit cependant "garder une lucidité sur ce qu'il fait".

"On distrait le public, on l'amuse, mais c'est complètement éphémère", juge celui qui se considère comme "un amuseur, un divertisseur". Un amuseur qui accompagne la vie des Français depuis 1975.

Vous aimerez aussi

Diplomatie Trump affirme avoir reçu une lettre «extraordinaire» de Kim Jong-un
Belgique Le pédophile Marc Dutroux va envoyer une lettre «d'apaisement» aux victimes et à leurs parents
Les monteurs de lignes qui travaillent sur les installations électriques peuvent être des filles.
Nouvelle-Zélande Une fillette de 7 ans fait changer un panneau de signalisation sexiste

Ailleurs sur le web

Derniers articles