Le président de la République, grand maître de la Légion d'honneur

Le collier de grand maître de l'ordre de la Légion d'honneur présenté par le général Jean-Pierre Kelche au président Sarkozy lors de la cérémonie d'investiture le 16 mai 20007 à l'Elysée[AFP/Archives]

Le collier de grand maître de l'ordre de la Légion d'honneur, présenté au président élu lors de sa cérémonie d'investiture, portera sur l'un de ses seize maillons "François Hollande 2012".

La gravure du maillon vient d'être faite par la maison Arthus-Bertrand qui avait réalisé ce collier en 1953 sur des dessins du ferronnier Raymond Subes et du décorateur André Arbus.

La présentation de ce collier par le grand chancelier de l'ordre, le général d'armée Jean-Louis Georgelin, marquera symboliquement la première étape de la cérémonie d'investiture du président élu qui se déroulera après la passation des pouvoirs Sarkozy/Hollande.

Le grand chancelier prononcera alors la phrase suivante : "Monsieur le président de la République, nous vous reconnaissons comme le grand maître de l'ordre national de la Légion d'honneur".

Avant la cérémonie d'investiture, le nouveau président sera élevé à la dignité de grand'croix, le plus élevé des cinq grades de l'ordre. La Légion d'honneur est le première décoration française, selon l'ordre de préséance des décorations, devant la Croix de la Libération, la Médaille Militaire, l'ordre national du Mérite...

Depuis la création de la Légion d'honneur en 1802 par Bonaparte, le chef de l'Etat a toujours été de droit grand maître de l'ordre. A ce titre, il statue "en dernier ressort sur toutes les questions concernant l'ordre".

S'agissant des nominations, le président de la République peut également rayer des noms sur la liste préparée par la Grande chancellerie de l'ordre, mais ne peut en rajouter.

Nicolas Sarkozy, précédent grand maître de l'ordre, avait bouleversé les procédures de nominations : parité rigoureuse homme/femme; "initiative citoyenne" permettant à 50 personnes de présenter un nom pour la Légion d'honneur; reconnaissance du bénévolat.

Comme le racontent Anne de Chefdebien et Bertrand Galimard Flavigny dans leur ouvrage "La Légion d'honneur, un ordre au service de la Nation", (Découvertes Gallimard), le président de la République, grand maître de l'ordre, "porte un signe distinctif : un collier d'or spécialement conçu sous la présidence de Jules Grévy en 1881". Ce collier, portant les noms des présidents de Thiers à De Gaulle (comme chef du gouvernement provisoire à la Libération), s'inspire du collier du premier Empire et a été remplacé en 1953, tous les maillons étant gravés.

Le collier actuel a été remis pour la première fois au président Vincent Auriol, le 1er décembre 1953. Le bijou en or pèse 952 grammes, compte seize maillons, et comporte en son centre le monogramme HP (Honneur et Patrie) auquel est suspendue la croix de la Légion d'honneur.

Onze maillons portent les noms des présidents de la République précédents : Vincent Auriol, René Coty, Charles de Gaulle (deux maillons), Georges Pompidou, Valéry Giscard d'Estaing, François Mitterrand (deux), Jacques Chirac (deux) et Nicolas Sarkozy.

Chaque nom est gravé au dos des maillons qui représentent les "activités essentielles de la Nation" (vie économique, beaux arts, sciences, médecine, défense ...).

Le douzième maillon, au dos duquel est gravé le nom de François Hollande, représente une tête de cheval, symbolisant les blindés. Le maillon de Nicolas Sarkozy représente la marine, les deux maillons de Jacques Chirac concernent l'artillerie et l'infanterie, ceux de François Mitterrand, les télécommunications et l'aviation ou ceux de de Gaulle la littérature et la médecine.

Les trois colliers (Empire, IIIème République, actuel) sont présentés habituellement au Musée de la Légion d'honneur dans une salle spécifique.

À suivre aussi

Le rockeur Neil Young, lors d'un concert à Québec au Canada, le 6 juillet 2018 [Alice Chiche / AFP/Archives]
Etats-Unis Neil Young veut devenir citoyen américain pour voter en 2020
People Kanye West dit vouloir briguer la présidence des Etats-Unis en 2024
La procédure de destitution n'a pas fini de faire les gros titres, puisque la Chambre des représentants a adopté ce jeudi une résolution approuvant l'enquête visant Donald Trump.
élection Etats-Unis : à un an de la présidentielle, la procédure de destitution de Trump cannibalise la campagne

Ailleurs sur le web

Derniers articles