Baccalauréat : Peillon présente son plan de lutte contre la fraude

Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, le 5 juin 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Jacques Demarthon / AFP] Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, le 5 juin 2013 à l'Assemblée nationale à Paris [Jacques Demarthon / AFP]

Sanctions renforcées, généralisation des détecteurs de téléphones portables: Vincent Peillon doit présenter jeudi les nouvelles mesures prises pour sensibiliser les candidats au baccalauréat aux sanctions encourues en cas de fraude et dont les conséquences peuvent être lourdes pour le reste de leur scolarité.

Lors d'un déplacement au lycée Evariste-Galois de Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), le ministre de l'Education nationale doit rencontrer quelques-uns des 650.000 candidats entrés dans la dernière ligne droite des révisions, avant l'épreuve reine de philosophie, le 17 juin, qui donne traditionnellement le top départ des épreuves écrites. Elles dureront jusqu'au 21 juin.

La lutte contre la fraude au baccalauréat reste une priorité pour le crû 2013 après la fuite qui avait ébranlé deux ans auparavant l'examen emblématique: c'est le message de M. Peillon qui doit présenter une campagne de communication en ligne (www.education.gouv.fr/preparation-bac-2013) destinée à donner aux candidats les consignes à respecter pendant les épreuves et à les informer sur les sanctions prévues en cas de fraude.

On peut y voir des photos barrées de slogans proclamant "Frauder au bac nuit gravement à la scolarité" et "NON (aux) smartphones, anti-sèches, usurpation d'identité...".

Ce site donne aussi les traditionnels conseils pratiques (une bonne hygiène de vie, arriver à l'avance le jour des épreuves...) pour bien se préparer au bac.

Un projet de décret, qui entrera en vigueur le 12 juin, prévoit que dorénavant toute sanction sera portée au livret scolaire s'il existe. Elle sera effacée au bout d'un an ou plus, en fonction de la sanction prononcée.

Dans l'hypothèse où la fraude ou la tentative de fraude serait découverte après la délivrance du bac, le diplôme pourra être retiré et un jury devra délibérer une nouvelle fois sur les résultats du candidat concerné.

Au bac 2012, le nombre de suspicions de fraude a reculé mais le nombre des sanctions a augmenté par rapport à 2011: il y a eu 419 suspicions de fraude (-11%, soit 0,06% des candidats) et 298 sanctions ont été prises (+12%, soit 0,04% des candidats).

L'utilisation frauduleuse de téléphones portables a représenté près de 40% des fraudes détectées.

En outre, une affichette sera exposée dans les centres d'examen sur les "conditions d'accès et de sortie des salles de composition" et sur l'obligation d'éteindre les téléphones et de les ranger dans un sac. Les sacs doivent être regroupés à l'endroit indiqué par le surveillant.

Des détecteurs de téléphones portables seront installés dans toutes les académies (contre cinq en 2012) et circuleront de manière aléatoire.

Par ailleurs, pour aider aux révisions, un autre site offre, pour la première fois, un accès gratuit aux sujets des épreuves du bac des trois dernières années (www.education.gouv.fr/base-examens)

 

Site de préparation au bac 2013Annales des épreuves du bac

 

Vous aimerez aussi

Education Grèves des enseignants : un mouvement suivi à Anhiers
Le ministre de l'Éducation Jean-Michel Blanquer, Paris le 30 octobre 2018 [LUDOVIC MARIN / AFP/Archives]
École Éducation : 10% de grévistes selon le ministère, mobilisation bien plus forte selon les syndicats
LGBT L’Ecosse, premier pays au monde à introduire les cours sur la communauté LGBTI à l’école

Ailleurs sur le web

Derniers articles