Maintien de Richard chez Orange : la question se pose pour Pellerin

Fleur Pellerin le 29 avril 2013 à l'Elysée à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives] Fleur Pellerin le 29 avril 2013 à l'Elysée à Paris [Bertrand Langlois / AFP/Archives]

La question du maintien à la tête d'Orange de Stéphane Richard, mis en examen mercredi dans l'affaire Tapie, "est posée", a estimé mercredi la ministre de l'Economie numérique Fleur Pellerin.

"La question est posée de (savoir si Stéphane Richard doit se maintenir à la tête d'Orange)", a déclaré sur RTL la ministre. "Et la réponse devrait être apportée par le conseil d'administration qui se réunira dans les jours prochains. Ce sera en début de semaine prochaine", a-t-elle ajouté.

Mais elle a fait savoir que le sort du patron d'Orange n'avait pas encore été décidé: "Nous sommes en train d'en discuter", a-t-elle seulement indiqué.

"La présomption d'innocence vaut vis-à-vis de la personne, ensuite il y a les intérêts de l'entreprise", a-t-elle argumenté, répétant que la position des trois représentants de l'Etat français au conseil d'administration sera dans le seul intérêt de l'entreprise.

L'Etat français détient 27% du capital d'Orange et compte trois membres du 15 au sein du conseil d'administration.

L'enquête sur l'arbitrage dont a bénéficié en 2008 Bernard Tapie dans son litige avec le Crédit Lyonnais a pris un nouveau tour spectaculaire mercredi, le PDG d'Orange, Stéphane Richard, se retrouvant en position délicate avec sa mise en examen pour "escroquerie en bande organisée".

À suivre aussi

L'autorité française de régulation des télécoms (Arcep) a donné jeudi le coup d'envoi officiel de la procédure d'enchères attendue par les opérateurs pour les fréquences qui seront utilisées pour la 5G.
Technologies 5G : coup d'envoi du processus d'attribution des fréquences en France
Télécoms Etats-Unis : 170.000 SMS envoyés le jour de la Saint-Valentin ont été reçus... avec neuf mois de retard
Le gouvernement veut mettre fin au démarchage téléphonique abusif
consommation Le gouvernement veut mettre fin au démarchage téléphonique abusif

Ailleurs sur le web

Derniers articles