Il faut se pencher sur la montée du FN en milieu rural, déclare Hamon

Le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon, le 5 juin 2013 à l'Elysée à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives] Le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon, le 5 juin 2013 à l'Elysée à Paris [Lionel Bonaventure / AFP/Archives]

Le ministre délégué à la Consommation Benoît Hamon a estimé lundi que la qualification du FN dimanche pour le second tour de la législative partielle dans le Lot-et-Garonne était le prix des "mensonges du député Cahuzac", mais pas seulement, évoquant la montée de ce parti "en milieu rural".

"Il ne s'agit pas d'être dans le déni. Evidemment ce vote n'est pas étranger aux mensonges du député Cahuzac. Néanmoins, il me semble important d'embrasser la situation dans son ensemble", a déclaré le ministre à des journalistes, en marge d'un déplacement à Limoges.

Dans la troisième circonscription du Lot-et-Garonne, l'UMP est arrivée dimanche en tête avec 28,71% des suffrages pour Jean-Louis Costes, suivi du FN Etienne Bousquet-Cassagne, 26,04% et du PS Bernard Barral (23,69%), éliminé.

"Cet élément n'est selon moi qu'un aspect de notre absence au second tour : c'est le prix du mensonge. En pareil cas, c'est toujours mieux d'aller à l'élection unis, mais même rassemblés ça n'aurait pas empêché l'augmentation du Front National. Il est incontestable aujourd'hui que ce parti voit ses scores monter partout", a-t-il ajouté.

"Ce qui doit avant tout interroger et ce sur quoi il faut travailler c'est la montée du vote Front National dans les classes populaires, notamment en milieu rural. C'est l'une des raisons pour lesquelles le président nous fixe comme objectif d'inverser la courbe du chômage en 2013", a-t-il ajouté.

À suivre aussi

Des passagers en provenance  de Chine arrivent à l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, le 26 janvier 2020 [Alain JOCARD / AFP]
Chine Expatriés français de Wuhan : le gouvernement doit annoncer des mesures, selon Agnès Buzyn
Marc Fesneau : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
Retraites Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement : «Il faut que la réforme soit comprise par les Français»
«Je veux bien tous les jours me faire appeler président des riches, je ne le suis pas et je ne suis pas le défenseur de qui que ce soit», a déclaré Emmanuel Macron.
Gouvernement Emmanuel Macron réaffirme qu'il n'est «pas le président des riches»

Ailleurs sur le web

Derniers articles