Atanase Perifan : "rendre les Parisiens plus solidaires entre eux"

Atanase Périfan est la tête de liste de l'UMP dans le 20ème arrondissement de Paris à l'occasion des élections municipales. [DR]

Atanase Périfan est l’initiateur de la Fête de voisins à Paris et dans plusieurs pays européens. Tête de liste de l’UMP dans le 20e arrondissement de Paris, il propose un  "Pacte Solidaire pour Paris" que Nathalie Koscisusko-Morizet a repris dans son programme.

 

>>> Qu’est-ce qui vous a poussé à proposer les dix mesures du Pacte Solidaire pour Paris ?

Paris est une ville où il y a beaucoup de solitude. Une personne sur deux vit seul à Paris. Il est fondamental de lutter contre l’isolement et de « ré-humaniser » la ville.

 

>>> Votre expérience, en tant que fondateur de "Voisins solidaires", vous a t-elle inspiré ? 

Bien sûr ! Le Pacte Solidaire est la déclinaison du projet de Voisins solidaires. La solidarité c’est l’affaire de tous. Et elle s'appuie sur trois piliers : le pilier familial, le pilier institutionnel, et le pilier de proximité, c’est-à-dire le voisinage. A Paris, il s’agit de rendre les Parisiens plus solidaires entre eux.

 

>>> Est-ce que Nathalie Kosciusko-Morizet adhère à toutes les mesures du Pacte Solidaire ?

Je passe mon temps depuis quinze ans à faire le tour de tous les responsables politiques pour proposer mes idées. NKM est la première à m’avoir dit qu’elle y croyait et qu’elle voulait les mettre en œuvre. Elle est dans une logique d’excellence et j’apprécie son tempérament. 

 

>>> N’est-il pas utopique de vouloir instaurer une solidarité de proximité à Paris alors que les Parisiens sont souvent taxés d'individualisme ? 

Il y a des gisements de générosité non explorés chez les Parisiens. Nous voulons les exploiter pour instaurer une véritable solidarité de voisinage. C’est valorisant d’aider une grand-mère à monter ses courses. Aider son voisin n’a pas de prix.

 

>>> Quel est le principe du "Service civique parisien" que vous proposez ?

Le "Service civique Parisien" est l’une des mesures phares du Pacte Solidaire. L’objectif est de former un réseau de voisinage non contraignant. Il faudrait que chaque personne prenne une heure de son temps dans le mois pour aider ses voisins. Ce n’est pas compliqué de mettre en place ce service. 

 

>>> Les gardiens d'immeuble ont un rôle à jouer dans votre projet. Lequel ?

Nous préconisons la création du réseau "de Gardiens Solidaires parisiens". Aujourd’hui, de nombreux gardiens sont "virés" de manière scandaleuse. Pourtant ils contribuent à la qualité de vie des habitants de l’immeuble. Ce réseau permettrait de valoriser le métier de gardien et de leur procurer des avantages fiscaux.

 

>>> Vous avez également imaginé de mobiliser les pharmaciens...

Le lancement du réseau de "pharmaciens solidaires" est essentiel car ils connaissent bien le voisinage. L'officine est le dernier lieu de proximité où l'on peut voir un professionnel de la santé sans rendez-vous. Grâce à leurs connaissances des besoins de chacun, les pharmaciens pourraient demander à leurs clients de déposer des médicaments pour les personnes ne pouvant se déplacer.

 

>>> Quelles mesures entreraient en vigueur en priorité si le Pacte Solidaire était adopté à Paris ?

Les propositions seront mises en application simultanément car elles ne coûtent rien. Elles sont facilement déployables. Il faut que le plan soit massif pour que la solidarité se développe. 

 

>>> Ces mesures n’auraient aucun coût ?

Exactement ! Combien ça coûte de rendre visite à sa voisine pour prendre de ses nouvelles ? Tout est une question de mobilisation et de solidarité. Une personne dans une maison de retraite coûte 2500 euros par mois. Si on arrive à créer des réseaux entre les individus, on réalisera même d’importantes économies ! 

 

Découvrez le dossier de presse mis en ligne sur le site de campagne de Nathalie Kosciusko-Morizet :

 

Atanase Périfan lance la fête des voisins au travail

Exclusif : la lettre de NKM à tous les Parisiens

Premier meeting de NKM et ses têtes de liste 

Les dates des élections municipales 2014

 

 

Vous aimerez aussi

Interview André Laignel, Association des maires de France : «L'Etat est dans le déni»
Interview David Diop : «C'est une grande joie pour moi d'avoir été élu par des lycéens»
Interview Karin Viard : «Le cinéma participe à éveiller les consciences»

Ailleurs sur le web

Derniers articles