Professions réglementées: l'UNAPL prépare un mouvement de protestation

Le président de l'Union nationale des professions libérales, Michel Chassang, le 23 juillet 2013 à l'Elysée, à Paris [François Mori / Pool/AFP/Archives] Le président de l'Union nationale des professions libérales, Michel Chassang, le 23 juillet 2013 à l'Elysée, à Paris [François Mori / Pool/AFP/Archives]

Le président de l'UNAPL (Union nationale des professions libérales), Michel Chassang, déclare préparer "un vaste mouvement de protestation pour la rentrée", alors qu'un rapport confidentiel de Bercy préconise de réformer un certain nombre de professions réglementées.

"Nous préparons un vaste mouvement de protestation pour la rentrée", déclare M. Chassang dans un entretien au Journal du Dimanche, ajoutant que "les professions réglementées représentent 650.000 personnes en France qui offrent des emplois non délocalisables".

Le président de l'UNAPL critique un "manque de transparence (...) extrêmement choquant sur la forme", affirmant que "des bribes d'information ont été données aux différentes professions reçues par le cabinet (du ministre de l'Economie) Arnaud Montebourg ces derniers jours sans que le rapport global leur soit dévoilé".

Pour le président de l'UNAPL, "des évolutions sont nécessaires, mais il faut en discuter calmement, point par point".

M. Chassang indique que "certains changements, comme la rémunération au forfait des pharmaciens ou la délégation de taches des ophtalmos aux optométristes, sont déjà en cours sous l'impulsion de (la ministre de la Santé) Marisol Touraine" et que "des propositions ont été formulées par les professionnels du droit".

Dans un rapport confidentiel, l'Inspection générale des finances a préconisé de réformer un certain nombre de professions dites "réglementées", dans des secteurs touchant notamment au droit, à la santé ou à l'artisanat.

Vous aimerez aussi

Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer
Social Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer
Des partisans du président nicaraguayen Daniel Ortega le 9 juillet 2018 à Diriamba. [MARVIN RECINOS / AFP/Archives]
Crise Manifestations au Nicaragua : le bilan monte à 264 morts
De gauche à droite, Pascal Pavageau (Force ouvrière), Philippe Martinez (CGT) et Laurent Berger (CFDT), à Paris lors de la manifestation du 22 mai 2018 [Bertrand GUAY / AFP/Archives]
Social Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni

Ailleurs sur le web

Derniers articles