Pour Ciotti, critiquer les 3% est un "alibi de la lâcheté"

Eric Ciotti le 27 mai 2014 à Paris [Stephane de Sakutin / AFP/Archives] Eric Ciotti le 27 mai 2014 à Paris [Stephane de Sakutin / AFP/Archives]

Le député UMP Eric Ciotti a vu mardi dans la critique du plafond de 3% du PIB imposé par l'UE pour les déficits publics un "alibi à la lâcheté".

Sur RFI, ce fidèle de François Fillon a écarté les arguments avancés par ceux qui, à gauche notamment, réclament l'abandon de cette règle européenne.

"C'est un faux alibi à la lâcheté de nos gouvernements", selon M. Ciotti. "Cette règle est finalement de bon sens, c'est dire qu'on ne peut pas vivre à crédit, accumuler les déficits".

"2.000 milliards d'euros de dette pèsent sur la tête des Français", a déploré le président du conseil départemental des Alpes-Mritimes.

La France devait ramener son déficit public à 3% en 2015, objectif qui paraît inatteignable vu la croissance en panne. La sénatrice Marie-Noëlle Lienemann, de l'aile gauche du PS, a notamment demandé de "desserrer cet étau".

 

Vous aimerez aussi

Le commissaire européen aux affaires économiques Pierre Moscovici, le 5 décembre 2018 à Bruxelles, en Belgique [Aris Oikonomou / AFP/Archives]
Budget Dépasser les 3% de déficit est «envisageable» de façon «exceptionnelle» estime Pierre Moscovici
Mouvement social «Gilets jaunes» : les annonces rebattent les cartes budgétaires pour 2019
L'idée d'une taxe sur les transactions financières est discutée à Bruxelles, sous différentes formes, depuis quelque huit ans [Daniel ROLAND / AFP/Archives]
Budget La France et l'Allemagne vont reproposer une taxe sur la finance

Ailleurs sur le web

Derniers articles