Chatel: les déclarations de Hollande "pas à la hauteur"

Luc Chatel le 24 avril 2013 à l'Assemblée Nationale à Paris [Pierre Andrieu / AFP/Archives] Luc Chatel le 24 avril 2013 à l'Assemblée Nationale à Paris [Pierre Andrieu / AFP/Archives]

Luc Chatel, secrétaire général intérimaire de l'UMP, a affirmé que "les déclarations du président de la République ne sont pas à la hauteur de la gravité de la situation", mercredi dans un communiqué.

"Après le coup de tonnerre d’une croissance nulle aux premiers et seconds trimestres 2014, M. Hollande, qui le 14 juillet annonçait une fois de plus +la reprise+ aux Français, semble désormais comme dépassé par l’ampleur de ses propres échecs", affirme M. Chatel.

Selon lui, "parce qu’il n’en a manifestement pas pris la mesure, le président de la République n’apparait plus en situation de faire face à la profonde crise de confiance que traverse notre pays".

Le Pacte de responsabilité, "annoncé en janvier et qui, plus de six mois après, n’est toujours pas mis en oeuvre (...) apparaît surtout comme le symbole d’un président de la République incapable de passer de la parole aux actes", poursuit-il.

"On nous annonce une +fusion de la prime pour l’emploi et du Revenu de solidarité active+, ainsi qu’une +modification du barème de l’impôt sur le revenu+. Mais il ne s’agit là en réalité que d’un dispositif de remplacement imaginé à la hâte après le camouflet, début août, de la censure du Conseil Constitutionnel", assure-t-il également.

Pour le responsable UMP, "La confiance n'est plus là (...) les salariés, comme les Français, ne sont pas dupes".

"M. Hollande se montre plus soucieux de faire baisser la pression au sein du groupe socialiste, que d’augmenter leur pouvoir d’achat", affirme-t-il.

François Hollande a lancé mercredi une batterie d'initiatives face à une situation économique calamiteuse.

Vous aimerez aussi

Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer
Social Réunion intersyndicale : des thèmes de discussion à développer
Des partisans du président nicaraguayen Daniel Ortega le 9 juillet 2018 à Diriamba. [MARVIN RECINOS / AFP/Archives]
Crise Manifestations au Nicaragua : le bilan monte à 264 morts
De gauche à droite, Pascal Pavageau (Force ouvrière), Philippe Martinez (CGT) et Laurent Berger (CFDT), à Paris lors de la manifestation du 22 mai 2018 [Bertrand GUAY / AFP/Archives]
Social Bousculés par Macron, patronat et syndicats tentent un front uni

Ailleurs sur le web

Derniers articles