Eckert : la France réduira son déficit public à "un rythme acceptable"

Le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert, le 11 juin 2014 à l'Assemblée nationale [Eric Feferberg / AFP/Archives] Le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert, le 11 juin 2014 à l'Assemblée nationale [Eric Feferberg / AFP/Archives]

Le secrétaire d'Etat au Budget Christian Eckert a assuré mercredi que le gouvernement continuera à réduire le déficit public, à un "rythme acceptable" pour la croissance et l'équilibre social, sans avancer de nouvel objectif chiffré.

 

"Nous continuerons à réduire le déficit mais à un rythme qui soit acceptable pour ne pas casser la croissance, ne pas mettre en danger notre équilibre social et notre modèle social", a déclaré M. Eckert au micro de France Inter.

Le rythme de réduction des déficits pourrait donc être "amené à varier" en fonction du contexte national, a souligné M. Eckert sans se prononcer sur la capacité de la France à tenir ou non ses engagements vis-à-vis de Bruxelles de réduction des déficits.

"Il faut rester toujours un peu prudent par rapport aux prévisions à un an et forcément à trois ans", a-t-il dit, soulignant que le déficit public avait été divisé par deux depuis 2010.

Le ministre des Finances Michel Sapin avait prévenu jeudi que le déficit public français dépasserait 4% du produit intérieur brut cette année, au lieu des 3,8% espérés auparavant, du fait d'une croissance atone.

Il y a une semaine, le premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis avait reconnu que la France devra abandonner également son espoir de ramener en 2015 le déficit public à la limite européenne de 3% du PIB.

M. Eckert a par ailleurs indiqué que "près de la moitié" des 50 milliards d'économies prévues d'ici 2017 "seront déjà obtenus dès 2015".

"Je ne pense pas à ce stade qu'il soit pas envisagé d'en faire davantage", a-t-il déclaré.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner le 12 juin 2019 à Paris [ludovic MARIN / AFP]
Gouvernement Immigration : Christophe Castaner ouvert à un débat sur des quotas
Le gouvernement va débloquer 70 millions d'euros de mesures immédiates pour tenter d'apaiser les personnels des services d'urgences mobilisés depuis trois mois.
Conflit social Crise aux urgences : le gouvernement débloque 70 millions d'euros de mesures immédiates
Aéroports de Paris Référendum sur la privatisation d'ADP: des bugs en série pour voter sur le site

Ailleurs sur le web

Derniers articles