La délicate mission de Manuel Valls à Berlin

Manuel Valls le 23 août 2014 à Caen [Charly Triballeau / AFP/Archives] Manuel Valls le 23 août 2014 à Caen [Charly Triballeau / AFP/Archives]

En visite officielle en Allemagne, le Premier ministre français espère infléchir la politique de la chancelière.

 

Les coïncidences ressemblent parfois à des provocations. Il y a trente ans jour pour jour lundi, François Mitterrand et le chancelier allemand Helmut Kohl se tenaient la main lors de commémorations à Verdun. Un geste devenu depuis le symbole de la réconciliation franco-allemande.

Trois décennies plus tard, la belle entente n’est plus de mise, du moins sur le front économique. Manuel Valls, qui déjeune lundi avec Angela Merkel, a en effet la mission pour le moins délicate de convaincre la chancelière d’infléchir la politique allemande pour soutenir une croissance encore trop timide.

 

Merkel difficile à convaincre

Le Premier ministre doit d’abord garantir à Angela Merkel que la France met bien tout en œuvre pour assainir ses comptes publics. Et que la non-réduction de son déficit en temps et en heure n’est pas due à de la mauvaise volonté. Manuel Valls espère ainsi l’approbation implicite de la chancelière pour réclamer à la Commission européenne un délai supplémentaire avant de passer sous la barre des 3 %.

Une parole difficile à porter outre-Rhin, où la France apparaît comme un pays allergique aux réformes, incapable de tenir ses objectifs budgétaires. Même si les changements au sein du gouvernement, notamment l’arrivée d’Emmanuel Macron à Bercy, sont perçus positivement.

Manuel Valls espère aussi convaincre Angela Merkel d’assouplir sa propre politique intérieure en s’orientant vers plus d’investissements et moins d’austérité. Et ce pour, selon François Hollande, apporter «un soutien plus ferme à la croissance» en Europe.

Si cette requête est récurrente depuis 2012, Berlin est jusqu’ici demeuré inflexible. «Les critiques envers l’Allemagne selon lesquelles nous investirions trop peu sont vaines», avait ainsi déclaré le porte-parole du ministre des Finances allemand la semaine dernière.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles