Le grand oral à mi-mandat de Hollande

François Hollande. François Hollande. [AFP / ARCHIVES]

Au cours d’une émission spéciale ce jeudi soir à 20h30 sur TF1, le président de la République fera le bilan après deux ans et demi à l’Elysée, et fixera le nouveau cap.

 

Une date symbolique et un rendez-vous crucial. François Hollande se trouve aujourd’hui, jour pour jour, à mi-mandat et il dressera le bilan de ses trente mois passés au pouvoir dans une émission qui lui est dédiée, ce soir, à 20h30, sur TF1. Intitulée En direct avec les Français, elle sera savamment orchestrée pendant 90 minutes.

Hausse du chômage, indicateurs économiques dans le rouge, popularité au plus bas... La première partie du quinquennat a été en demi-teinte. S’il veut reconquérir les Français, le président doit donc passer à l’offensive.

En préambule, il doit se confier dans une interview que TF1 et RTL promettent "intimiste". Sa vie privée pourrait donc être abordée, alors que l’Elysée a promis, selon RTL, qu’aucune question ne serait taboue.

Alors que seuls 13 % des électeurs jugent aujourd’hui son action positivement, quatre citoyens soigneusement sélectionnés "en fonction des promesses du candidat Hollande" se succéderont ensuite sur le plateau de l’émission pour échanger avec lui.

"Il pourrait alors faire jouer les qualités qu’on lui connaît : honnêteté, sympathie, proximité...", explique Yves-Marie Cann, directeur en charge de l’opinion à l’institut CSA. Mais l’exercice de style ne fonctionnera que si un "véritable dialogue est instauré", tempère-t-il.

Le tandem Gilles Bouleau-Yves Calvi prendra enfin le relais pour questionner le président de la République sur les différents chantiers à venir.

 

L’enjeu : sa capacité à convaincre

Ce soir, mais aussi dans les deux ans et demi à venir, François Hollande sera évidemment très attendu sur la question du chômage. Alors qu’il avait prévu d’en inverser la courbe, la France compte 500 000 demandeurs d’emploi en plus depuis l’élection de 2012. Autre point chaud, la croissance, toujours en berne, et un déficit public qui ne va cesser de s’accroître à en croire le tableau alarmant dressé cette semaine par Bruxelles.

"Il y a une absence de résultats, donc l’enjeu pour lui est pédagogique, note Yves-Marie Cann. Les choix économiques et sociaux du gouvernement ne sont pas forcément bien compris, aussi doit-il démontrer sa capacité à convaincre et à rassurer sur ces sujets."

Une tentative d’aborder des thèmes plus sociétaux ou institutionnels – l’idée d’une introduction d’une part de proportionnelle à l’Assemblée nationale est revenue dernièrement dans l’actualité – pourrait alors être considérée comme un écran de fumée.

Un autre dossier clé, enfin, concerne la politique internationale, alors que la menace terroriste pèse sur le pays, conséquence de l’implication dans la coalition contre Daesh.

Autant de sujets qui pourraient être éclipsés dès demain matin par un autre enjeu : l’audience de l’émission. Un chiffre capable de montrer à lui seul si François Hollande parvient à renouer le fil qui le lie aux électeurs. 

 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles