L'UMP dit "non" au FN sans dire "oui" au PS

Le président de l’UMP a proposé de "laisser les électeurs choisir".[LIONEL BONAVENTURE / AFP]

Le parti ne devrait donner aucune consigne de vote pour le second tour des législatives partielles dans le Doubs, qui verra s’opposer Sophie Montel (FN) et Frédéric Barbier (PS) dimanche.

 

Nicolas Sarkozy a affirmé ce mardi devant le groupe UMP qu’il fallait "dire non au FN". "Une victoire du FN au plan national n'est plus hypothétique", a-t-il mis en garde.

Le président de l’UMP a donc proposé de "laisser les électeurs choisir" tout en leur demandant "de prendre en compte cette dimension".

Une position qui ne va pas tout à fait dans le sens de l’appel plus catégorique au "ni FN-ni PS", réclamé par plusieurs ténors du parti.

 

Un désaveu pour les partisans du "front républicain"

Mais il s'agit surtout d'un désaveu pour les partisans du "front républicain" qui ont appelé, à titre personnel, à faire bloc contre le Front national en votant PS, à l’image d’Alain Juppé ou de la numéro 2 de l’UMP, Nathalie Kosciusko-Morizet.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles