Régionales : le PS à la traîne

Jean-Christophe Cambadélis a vécu un premier tour des régionales compliqué. [MATTHIEU ALEXANDRE / AFP]

Un premier tour compliqué. Récoltant 22,7 % des suffrages à l’issue du premier tour, le Parti Socialiste a connu dimanche soir une nouvelle défaite dans les urnes.

Un échec pour le parti, à la tête de la quasi-totalité des régions depuis 2010. Le PS a notamment été à la peine dans ses fiefs historiques. Il est ainsi en troisième position dans la majorité des régions, comme en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées (25,5 %), en Auvergne-Rhône-Alpes (24,5 %) ou encore en Bourgogne-Franche-Comté (22,8 %).

Le score est particulièrement rude en Nord-Pas-de-Calais-Picardie (18,4 %), en Provence-Alpes-Côte-d’Azur (15,8 %) et en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes (16,7 %), où le PS n’y atteint pas la barre symbolique des 20 % tant espérée par Jean-Christophe Cambadélis, le président du parti. 

Mais les socialistes gardent espoir pour deux régions : le rose est en effet en tête en Bretagne (34,7 %) et en Aquitaine-Poitou-Charentes (31,5 %). Reste maintenant à savoir si le PS se maintiendra dans les régions où des triangulaires vont avoir lieu. Le bureau national a dès dimanche soir appelé ses candidats à se désister en Nord-Pas de-Calais-Picardie et en PACA, pour faire barrage au FN. C'était chose faite en NPCP où Pierre de Saintignon a annoncé qu'il retirait sa liste.

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles