Régionales : Valls appelle à voter pour la droite face au FN

Le Premier ministre appelle à faire barrage au FN. [AFP / ARCHIVES]

Le Front national a effectué une percée historique au premier tour des élections régionales et arrive en tête dans six régions. Le PS devrait se retirer en Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA. Les Républicains se sont prononcés pour le "ni retrait ni fusion" des listes au second tour. Le PS doit composer avec son candidat dans le Grand Est qui refuse de se retirer malgré la consigne de son parti.

21h17 - Région centre : fusioln de la liste PS-MRG avec EELV-Nouvelle Donne

La liste PS-PRG est parvenue à un accord de fusion avec EELV-Nouvelle Donne, condition d'une possible victoire au second tour en région Centre-Val de Loire face au Front National et à la liste d'union de la droite.

21h00 : La gauche et le centre s'unissent pour battre la droite à La Réunion

Un accord a été trouvé à la Réunion entre les listes de gauche et celle du centre pour tenter de battre celle d'union de la droite menée par le président sortant du conseil régional Didier Robert (LR) et arrivée en tête.

20h58 : PS et EELV annoncent un accord de fusion

Les candidats du Parti socialiste (PS) et d'Europe Écologie-Les Verts (EELV) en Pays de la Loire ont annoncé lundi soir la fusion de leurs listes pour le second tour des régionales, où ils affronteront dans une triangulaire la droite et le FN.

20h14 : Manuel Valls appelle à voter pour la droite en PACA, Nord-Pas-de-Calais-Picardie et Grand Est

Le Premier ministre a appelé sur TF1 à voter pour les listes de droite face au FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais-Picardie où le PS s'est retiré, ainsi qu'en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, où le candidat socialiste se maintient contre le mot d'ordre de son parti.

19h42 - Grand Est : Jean-Christophe Cambadélis appelle à voter pour Philippe Richert (LR)

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, a appelé lundi à voter pour le candidat des Républicains dans la région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, où le candidat PS refuse de retirer sa liste malgré une triangulaire avec le Front national.

18h32 : Accord de fusion des listes de gauche et des écologistes en Ile-de-France

Claude Bartolone (PS), Emmanuelle Cosse (EELV) et Pierre Laurent (Front de gauche) ont annoncé la fusion de leurs listes en Ile-de-France, un accord fait sur «une base politique et programmatique», dont le candidat socialiste sera la tête de liste régionale.

17h37 : La liste PS dans le Grand Est a été déposée en préfecture

La liste du PS dans le Grand Est pour le deuxième tour des régionales a été déposée dans l'après-midi à la préfecture de Strasbourg, en dépit de la demande de retrait dictée par la direction du Parti socialiste, a annoncé la numéro un de la liste en Moselle.

Régionales : Jean-Pierre Masseret persiste et... par ITELE

17h18 : Mennucci (PS) veut qu'Estrosi (LR) «l'aide à convaincre» les électeurs de gauche

Le député PS Patrick Mennucci a appelé Christian Estrosi (LR) à prendre des «engagements» sur un certain nombre de sujets «pour nous aider à convaincre» les électeurs de gauche de voter pour lui face à Marion Maréchal-Le Pen au second tour des régionales en Paca.

16h44 - Midi/Languedoc : la liste LR-UDI est déposée

La liste LR-UDI-MoDem-CPNT conduite par Dominique Reynié pour le deuxième tour des régionales en Midi-Languedoc a été déposée lundi, les bulletins de vote ont été imprimés, a annoncé à l'AFP le seul candidat de droite en France arrivé en troisième position au premier tour.

16h16 : A Lyon, des responsables musulmans appellent les élus de la diversité à «se bouger»

«Bougez-vous !»: au lendemain du premier tour des régionales et de taux d'abstention records dans la banlieue lyonnaise, le recteur de la grande mosquée de Lyon et celui de Villeurbanne ont vivement interpellé les élus de la diversité.

15h47 : La liste Grand Est sera déposée en fin d'après-midi en préfecture

La liste du PS dans le Grand Est pour le deuxième tour des régionales devrait être déposée dès lundi à la préfecture de Strasbourg, selon l'entourage du candidat Jean-Pierre Masseret, en dépit de la demande de retrait dictée par la direction du Parti socialiste.

14h55 : Alain Juppé veut "ouvrir un débat" au sein des Républicains

A l'issue du bureau politique des Républicains de ce lundi, l'ancien Premier ministre Alain Juppé a confirmé qu'il y avait un problème de ligne politique au sein du parti, rapporte BFM TV. Il a ainsi déclaré qu'il "va falloir que nous ouvrions un débat sur la situation actuelle", alors que Jean-Pierre Raffarin et Nathalie Kosciusko-Morizet (contre l'avis de Nicolas Sarkozy) ont réclamé le retrait d'une liste de droite.

13h17 : Jean-Pierre Masseret persiste et signe

Le candidat du PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, Jean-Pierre Masseret, confirme son refus de se retirer pour faire barrage au Front national, en dépit des consignes de la direction du PS qui a menacé de lui retirer l'investiture . "Nous avons décidé de maintenir notre liste au second tour de cette élection", a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion avec les têtes de listes départementales à son QG de Maizière-lès-Metz, soulignant que c'était une décision "très difficile à prendre".

12h51 : Debout la France refuse toute fusion en Ile-de-France

Le bureau national de Debout la France en Ile-de-France a exclut toute fusion de liste en Ile-de-France (6,6% des voix au premier tour) et a pris la même décision dans l'autre région où il a dépassé la barre des 5% et est donc en mesure de fusionner ses listes, à savoir la Bourgogne/Franche-Comté (5,17%). Nicolas Dupont-Aignan dont le parti a enregistré un score de 3,81% au niveau national n'a donné aucune consigne de vote en vue du second tour.

12h41 : Les Républicains ne sont "pas audibles" face au FN dit Juppé

Alain Juppé a estimé à la sortie du bureau politique des Républicains devraient ouvrir, après le deuxième tour des régionales, un "débat" sur la "ligne" du parti qui, selon lui, n'est "pas audible", notamment face au Front national.

11h53 : Les Républicains se prononcent pour le "ni fusion ni retrait" au second tour

Les principaux responsables du parti Les Républicains réunis en bureau politique à Paris, se sont prononcés pour le "ni retrait ni fusion" des listes au second tour des régionales, sauf Nathalie Kosciusko-Morizet et Jean-Pierre Raffarin.

11h41 : pour Richert, le maintien de Masseret favorise le FN

Pour le candidat des Républicains en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, Philippe Richert, un maintien de la liste PS conduite par Jean-Pierre Masseret favoriserait le Front national, arrivé en tête du premier tour des régionales dimanche. "Je laisse Jean-Pierre Masseret et le Parti socialiste décider, sachant que s'ils ne se retirent pas, évidemment, ils favorisent le FN", a-t-il déclaré à France Bleu Alsace.

11h40 : Marine Le Pen ironise sur le retrait des listes du PS

Marine Le Pen a ironisé sur la décision du PS de se retirer au second tour des régionales partout où il est arrivé en troisième position dimanche. "Le PS, comme la secte du temple solaire, a décidé d'un véritable suicide collectif par l'intermédiaire du retrait de ses listes forcé", a-t-elle lancé ce matin lors d'une conférence de presse ajoiutant que "les socialistes font preuve d'une belle désinvolture à l'égard de leurs électeurs qu'ils considèrent comme semble-t-il une sorte de troupeau de moutons que l'on envoie au sacrifice, puisque ces électeurs n'auront aucun représentant pendant six ans".

11h39 : Sarkozy au 20h de France 2

Nicolas Sarkozy sera l'invité ce soir du JT de 20h de France 2. Pour mémoire, Manuel Valls doit s'exprimer au même moment sur le JT de TF1.

10h28 : un candidat rebaptisé “Machin-Chose” sur LCI

Sur Twitter, de nombreux internautes relèvent une incroyable erreur venue se glisser lors de la soirée électorale des régionales sur LCI. La chaîne d’information a en effet diffusé sur son antenne les résultats du scrutin région par région. Et comme le veut l’exercice, des petits bandeaux de couleur en fonction de l’appartenance politique des candidats sont apparus avec leurs noms. Sauf que pour la région Bourgogne-Franche-Comté, c'est un nom plutôt insolite que les téléspectateurs ont pu découvrir à l'écran : "M. Machin-Chose".

 

10h06 : Paris résiste au vote FN

On a moins voté pour le FN aux régionales dans la capitale que dans le reste de la région parisienne. Le parti d'extrême droite y a recueilli 9,65 %, soit deux fois moins que la moyenne en Ile-de-France. Mais c'est plus qu'aux municipales.

09h39 : Jean-Marie Le Pen croit au succès du Front national

Le président d'honneur du FN s'est félicité sur France Bleu Provence des scores du parti qu'il a fondé et s'est dit certain de la victoire de sa fille Marine et sa petite-fille Marion. A propos du retrait des listes socialistes des régions Nord-Pas-de-Calais-Picardie et PACA, Jean-Marie Le Pen a expliqué «cette déroute du Parti socialiste, ils essaient de la masquer derrière une magouille politique». «Avec 40% des voix, on peut prendre le pouvoir», a ajouté Jean-Marie Le Pen.

09h22 : Les Républicains tiennent un bureau politique exceptionnel

Les Républicains tiennent un bureau politique exceptionnel ce lundi matin, qui pourrait être agité. Alain Juppé, qui s'y rendra finalement, a appelé à arrêter "une ligne de conduite commune" pour le second tour. Tandis que Nicolas Sarkozy a refusé hier soir "toute fusion et tout retrait" pour contrer l'extrême droite au second tour. Pourtant, l'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin, sur France Inter a insisté "Quand on est troisième, on se retire" faisant notamment référence à Dominique Reynié, troisième en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.

09h16 : Pour Philippot, "la dynamique est du côté du FN"

08h51 : Pour Le Foll, la gauche "peut emporter de nombreuses régions"

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, estime que la gauche pourrait "emporter de nombreuses régions, ce qui n'était pas prévu" dimanche à l'occasion du deuxième tour.

08h53 : Imbroglio sur le retrait de la liste PS en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes

Sur RTL, le premier secrétaire du Parti socialiste a annoncé que la liste de son parti conduite par Jean-Pierre Masseret, arrivée troisième, "devra" se retirer pour faire barrage au Front national même s'il ne le souhaite pas. "C'est une décision du Bureau national (du PS de dimanche soir, ndlr). Il devra la respecter. Point". La veille, Jean-Pierre Masseret, avait affirmé qu'il ne se retirerait pas et a confirmé ce choix ce matin dans un SMS après les déclarations de Jean-Christophe Cambadélis. Sur Twitter, le premier secrétaire ne souhaite pas polémiquer. 

En Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, le numéro deux du FN Florian Philippot est en position favorable avec environ 36% des vois, dix points devant son adversaire LR/UDI/Modem Philippe Richert et 19 points devant le socialiste Jean-Pierre Masseret.

07h31 : Les résultats en outre-mer

Outremer, la droite vire en tête à La Réunion et des duels opposeront des candidats de gauche en Guyane et Guadeloupe.

07h01 : toutes les déclarations des leaders des partis

Marine Le Pen se réjouit du score historique de son parti. et appelle à confirmer les résultats au second tour, Nicolas Sarkozy rejette un front républicain et le PS se retire dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en PACA.

06h44 : En Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, le PS ne souhaite pas se désister

En Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes, le numéro deux du FN, Florian Philippot, est arrivé en tête avec environ 36%, dix points devant son adversaire LR/UDI/Modem Philippe Richert et 19 points devant le socialiste Jean-Pierre Masseret, qui ne souhaite pas se désister au second tour. 

06h31 : Valls s'exprimera au 20h de TF1

Fait plurôt rare, le Premier ministre Manuel Valls ne s'est pas exprimé à l'issue du premier tour dimanche. Il sera l'invité du JT de 20h de TF1 ce lundi soir.

06h19 : en cas de duel au second tour, 59% pour la droite, 41% au FN

En cas de duels droite/FN au second tour des régionales, 59% des Français voteraient pour les listes Les Républicains-UDI-MoDem, contre 41% pour celles du Front national, selon une enquête Odoxa pour Le Parisien-Aujourd'hui publiée lundi. Dans cette hypothèse, plus d'un tiers des personnes interrogées (36%) n'ont pas exprimé d'intentions de vote.

05h59 : le FN en tête au 1er tour dans 46 départements

Le Front national est arrivé en tête dans 46 départements. Lors du dernier scrutin national, les élections départementales de mars 2015, il était arrivé en tête dans 43 départements. Mais son record, de loin, reste les européennes de mai dernier, lors desquelles le parti de Marine Le Pen avait obtenu le meilleur score dans 71 départements. Le FN dépasse les 30% dans 39 départements (21 départements en mars). Pour la première fois, le FN a réussi à prendre la tête d'un département francilien, la Seine-et-Marne. 

Dans le Var, le FN, représenté par Marion Maréchal Le Pen, obtient son meilleur score, avec 44,57% des suffrages, contre 38,90% lors des départementales (+ 5,67 pts). Juste derrière vient le département du Pas-de-Calais où Marine Le Pen obtient 44,38% des voix (+ 5,48 points par rapport aux élections européennes de mai 2015). Dans le Vaucluse, qui complète le trio des départements de tête, Marion Maréchal-Le Pen a récolté 44,22% des voix (+6,82 points par rapport aux départementales). Même type de hausse, à titre d'exemple, dans les départements de l'Aisne, l'Oise, la Haute-Marne ou la Meuse.

00h25 : Les enseignements du premier tour

Pour ce premier tour, le FN a réalisé un score inédit avec pas moins de six régions glanés. Les listes de la droites et du centre ainsi que celles des socialistes ont de leur côté tenté de limiter la casse. En Île-de-France, la droite pourrait raffler la mise après 17 ans de gouvernance socialiste mais cela passera d'abord par une triangulaire.

 

Vous aimerez aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles