Golf: McIlroy repousse la meute sur le parcours de Valhalla

Rory McIlroy sur le parcours de Valhalla à Lousiville (Etats-Unis), le 9 août 2014  [Warren Little / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP] Rory McIlroy sur le parcours de Valhalla à Lousiville (Etats-Unis), le 9 août 2014 [Warren Little / GETTY IMAGES NORTH AMERICA/AFP]

L'Irlandais du Nord Rory McIlroy a conservé la tête du Championnat PGA, dernier Grand Chelem de la saison, en réussissant trois birdies sur les quatre derniers trous, samedi sur le parcours de Valhalla (Kentucky).

Auteur d'un 67, soit quatre sous le par, comme la veille, pour un total de 200 (-13), le récent vainqueur de l'Open britannique n'a qu'un coup d'avance sur l'Autrichien Bernd Wiesberger, le meilleur samedi (65).

Pas moins de neuf joueurs se tiennent en quatre coups avant l'ultime journée, dont les Américains Rickie Fowler (202), deuxième de l'US Open et de l'Open britannique, et Phil Mickelson (203), vainqueur de cinq tournois majeurs.

Les Français Victor Dubuisson et Alexander Lévy occupent les 19e et 23e places à sept et huit coups du leader.

"Ca n'a pas été aussi facile que je pensais. En étant en tête, on ne joue pas avec autant de liberté que quand on est poursuivant. Mais je suis satisfait du résultat. Faire un 67 sans être au mieux, c'est plaisant", a commenté McIlroy, en quête de son quatrième titre majeur à 25 ans.

Avec trois birdies et deux bogeys sur les 14 premiers trous, le Nord-Irlandais était menacé de perdre la première place, que six joueurs ont détenu à un moment où à un autre pendant la journée, avant d'accélérer dans le final.

Wiesberger, qui n'avait jusqu'alors passé le cut qu'une fois en Grand Chelem, l'an passé à l'Open britannique, où il avait fini 64e, a lui aussi terminé fort avec trois birdies.

"C'est une situation nouvelle pour moi dans un Grand Chelem, mais je sais que j'ai ça en moi; je peux réussir dans les tournois majeurs", a-t-il assuré.

Vous aimerez aussi

Golf Tiger Woods refuse un énorme chèque proposé pour jouer en Arabie saoudite
Insolite Quand les sangliers ravagent les greens de golf
Le capitaine des Etats-Unis Jim Furyk dépité après la victoire de l'Europe lors de la 42e édition de la Ryder Cup, le 30 septembre 2018 à Saint-Quentin-en-Yvelines  [FRANCK FIFE / AFP]
tensions Ryder Cup : après la désillusion, les règlements de comptes aux Etats-Unis

Ailleurs sur le web

Derniers articles