NBA playoffs : Golden State Warriors vs. Houston Rockets, à quelle heure et sur quelle chaîne ?

Chris Paul et James Harden seront-ils capables de stopper Stephen Curry et les Warriors en finale de conférence Ouest ? [EZRA SHAW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP]

Le duel tant attendu entre les Warriors de Golden State et les Houston Rockets en finale de conférence Ouest démarre ce 14 mai, dans la nuit de lundi à mardi à 3h du matin, et sera diffusé en direct sur beIN Sports.

Certains diront qu’il s’agit de la finale NBA avant l’heure (un certain LeBron James, ailier des Cavaliers de Cleveland, n’est probablement pas d’accord avec ça). Après une saison régulière où ils ont écrasé la concurrence, les Houston Rockets s’apprêtent à affronter les champions en titre, les Warriors de Golden State, dans un face-à-face que toute la planète basket attend avec impatience depuis des mois. Ces deux franchises possèdent les deux attaques les plus redoutables de la ligue, et ont pour habitude de noyer leurs adversaires sous une avalanche de points… mais y parviennent de manière diamétralement opposée.

Les Rockets pratiquent majoritairement un jeu en isolation et des «pick & roll», afin de produire le maximum d’opportunités longue distance (plus de 40% de leurs points en saison régulière venaient de derrière la ligne à trois points), en pénétrations, avec la plupart du temps un tir de Chris Paul ou de James Harden, ou un lob pour Clint Capela, ou une faute provoquée avec des lancers francs à la clef.

Golden State se repose sur un jeu collectif basé sur le mouvement des joueurs, des écrans à l’opposé du ballon, des coupes énergiques dans la raquette, et une précision redoutable à trois points, notamment en sortie d’écran. Les Warriors se servent également de leur puissance défensive pour générer des points en contre-attaque et jouent à un rythme soutenu.

En fait, l’opposition entre ces clubs relèverait presque d’une question philosophique concernant le basketball tel qu’il est pratiqué aujourd’hui en NBA. James Harden a passé ces deux dernières saisons à faire tourner en bourrique les défenseurs en leur faisant mordre la poussière en isolation avec ses tirs en step-back et ses pénétrations éclair qui se terminent soit par un lay-up, une passe lobée ou à destination d’un tireur longue distance, ou une faute pour les lancers francs. De quoi rendre dingue n’importe quel adversaire.

Chris Paul l’a rejoint cette année, et lui-même est un expert de l’isolation donnant le tournis aux pauvres joueurs qui tentent de rester en face de lui. Ils possèdent chacun un talent extraordinaire pour générer des points, que ce soit en marquant eux-mêmes, ou en trouvant le coéquipier démarqué après avoir déstabilisé la défense adverse.

Les Warriors – à l’instar des Spurs de la grande époque (cf. Spurs 2014) – sont axés sur un jeu collectif où les cinq joueurs sur le terrain sont des acteurs à part entière de ce qui s’y passe (Kobe Bryant en a même fait un court métrage l’an dernier). Bien évidemment, cela se termine souvent par un tir de Stephen Curry, de Kevin Durant, ou de Klay Thompson. Ce qui est tout à fait normal étant donné le talent offensif irréel de ces trois joueurs. Mais ce jeu collectif – s’il est générateur de pertes de balles (un des rares points faibles de Golden State) – rend les Warriors imprévisibles en attaque, et fini par user mentalement les défenses adverses qui, au bout d’un moment, finissent par perdre le fil de l’action. Comme en témoigne cette incroyable séquence lors du Game 5 face aux Pelicans.

Près de 70% des paniers inscrits par Golden State dans ces playoffs le sont via une passe décisive. Les Rockets ? 52,8% selon NBA.com. Comme l’ont démontrés les Spurs l’an dernier, il est possible de défendre efficacement sur James Harden en évitant d’accumuler les fautes. L’arrivée de Chris Paul permet toutefois à Mike D’Antoni de disposer d’un deuxième créateur capable, comme dans le Game 5 face à Utah, de prendre les choses en main au cas où Harden n’est pas en rythme.

Houston est une des rares équipes de la ligue à pouvoir rivaliser offensivement avec les Warriors. Mais le plus gros problème des texans risque probablement de se situer en défense. Chris Paul et James Harden sont en mesure – du moins sur le papier – de tenir tête à la paire d’arrières des Warriors (Curry et Thompson). Clint Capela a une chance de survivre à l’expérience Draymond Green (dont l’incroyable efficacité défensive face à Anthony Davis force le respect). Andre Iguodala n’est plus aussi efficace qu’avant. Ok. Admettons. Mais que va-t-il se passer avec Kevin Durant ? Les Rockets ont recruté Luc Mbah a Moute et P.J. Tucker presque exclusivement dans cette optique. Comme l’ailier de Golden State l’a prouvé face aux Pelicans et aux Spurs, il est tout simplement intenable en attaque. Le fait de mesurer près de 2m10, et de possèder des bras aussi longs que ceux de l’inspecteur Gadget, lui permettent de créer aisément de l’espace. Et de tirer au-dessus des défenseurs. Même Anthony Davis, qui est pourtant un des meilleurs de la ligue, ne semblait pas en mesure de le freiner efficacement. Et quand son adversaire parvient malgré tout à l’arrêter, Durant se révèle être un excellent passeur capable de trouver les coéquipiers démarqués.

Pour que Houston ait une chance de l’emporter, il va falloir que Clint Capela et Eric Gordon réalisent la série de playoffs de leur vie. Capela sort de deux solides performances face aux Wolves, où il a muselé Karl-Anthony Towns, et face au Jazz, où il a posé énormément de problèmes à notre Rudy Gobert national. Le problème ? Eric Gordon, auteur d’une saison régulière solide, a complètement dévissé en playoffs. Une baisse de production qui pourrait être fatale face aux Warriors.

©TheRinger

Face aux Warriors, les Rockets n’ont pas le droit à l’erreur. Ils vont devoir forcer un maximum de perte de balles pour parvenir à déstabiliser les Californiens, et se montrer d’une adresse redoutable dans au moins quatre matches sur sept. Comme le souligne Ben Golliver du site américain Sports Illustrated, Houston est statistiquement la meilleure équipe à se présenter face à Golden State en playoffs depuis l’arrivée de Steve Kerr sur le banc en 2015.

Mais la versatilité des Warriors, notamment grâce à Kevin Durant, en attaque comme en défense, risque de poser de trop nombreux problèmes aux texans.

Prédiction : 4-2 pour les Warriors.

Trois chiffres à retenir sur les Rockets de Houston

86 : c’est le nombre de matches en playoffs joués par Chris Paul avant d’obtenir sa première qualification en finale de conférence. Un record NBA peu enviable pour le meneur.

40-10 : Avec 41 points et 10 passes décisives dans le Game 5 face au Jazz d’Utah, Chris Paul est devenu seulement le deuxième joueur de l’histoire à afficher de tels chiffres dans un match permettant de conclure une série de playoffs.

2,8 contres/match : Clint Capela domine le classement des meilleurs contreurs dans ces playoffs. En saison régulière, il tournait à 1,9 contres/match.

Trois chiffres à retenir sur les Warriors de Golden State

99,3 : les Warriors possèdent actuellement la meilleure défense des playoffs en terme d'efficacité. Juste devant… les Rockets (102,3 DEF Rating).

+49 en «Plus/Minus» : en 37 minutes passées ensemble sur le terrain, les «Hamptons 5» (Curry, Durant, Iguodala, Thompson et Green) ont atomisé les Pelicans sur les deux derniers matches en scorant 113 points, encaissant seulement 64.

15 : Les Warriors sont invincibles à domicile. Leur dernière victoire face aux Pelicans leur a permis d’égaliser le record des Bulls de 1991 et leurs 15 victoires consécutives en playoffs à la maison.

Le calendrier de la finale de conférence Ouest :

Game 1, 14 mai : Warriors @ Rockets, dans la nuit de lundi à mardi, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 2 (16 mai) : Warriors @ Rockets, dans la nuit de mercredi à jeudi, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 3 (20 mai) : Rockets @ Warriors, dans la nuit de dimanche à lundi, à partir de 2h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 4 (22 mai) : Rockets @ Warriors, dans la nuit de mardi à mercredi, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 5* (24 mai) : Warriors @ Rockets, dans la nuit de jeudi à vendredi, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 6* (26 mai) : Rockets @ Warriors, dans la nuit de samedi à dimanche, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

Game 7* (28 mai) : Warriors @ Rockets, dans la nuit de lundi à mardi, à partir de 3h du matin sur beIN Sports et NBA League PASS.

* = si nécessaire

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles