Coupe du monde 2018 : Tout savoir sur l'Iran

L'Iran s’est qualifié sans trembler en terminant en tête de son groupe de qualification à la Coupe du monde dans la Zone Asie.[ Maksim Bogodvid/Sputnik / Icon Sport]

Présent dans le groupe B, l’Iran disputera en Russie la quatrième Coupe du monde de son histoire. Voici tout ce qu'il faut savoir sur la Team Melli.

Le sélectionneur

Carlos Queiroz est un technicien très expérimenté. Assistant de José Mourinho pendant de nombreuses saisons, le Portugais a pris son envol et se plait au poste de sélectionneur puisqu'il participera à sa troisième Coupe du Monde, après avoir dirigé son pays en 2010 et l'Iran en 2014. Sous son impulsion, l'Iran a été le premier à se qualifier en Asie, après un quasi sans-faute.

La star de l’équipe

Sardar Azmoun est présenté comme l'héritier du buteur Ali Daei. Technique et apprécié des supporters, Azmoun a fait preuve d'un grand réalisme depuis ses débuts internationaux en Coupe d'Asie 2015. Il évolue actuellement au Rubin Kazan, en Russie.

Le palmarès en Coupe du monde

L'Iran n’a participé qu’à quatre éditions de la Coupe du monde, en 1978, 1998, 2006 et 2014. La Team Melli n'a jamais passé le premier tour.

Le surnom de l’équipe

La sélection nationale irannienne est appelée la Team Melli.

Comment l'équipe s'est qualifiée

L'Iran s’est qualifié sans trembler en terminant en tête de son groupe de qualification à la Coupe du monde dans la Zone Asie.

Le onze de départ

Beiranvand - Ghafouri, Hosseini, Pouraliganji, Hajsafi - Ezatolahi, Jahanbakhsh, Ebrahimi, Amiri, Taremi - Azmoun.

Son groupe

L'Iran a été placé dans le groupe B en compagnie de l'Espagne, du Portugal et du Maroc.

Ce que l’équipe peut espérer

Placé dans le même groupe que le champion d'Europe, le Portugal et l'une des meilleures formations au monde, l'Espagne, l'Iran n'aura pas vraiment la tâche aisée dans cette poule. Les Iraniens se battront avec le Maroc pour ne pas terminer dernier du groupe et tenteront ensuite d'embêter les deux grosses écuries que sont les Portugais et les Espagnols.

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles