Le président de la Fédération Française de Tennis veut faire interdire la combinaison de Serena Williams

«Je me sens un peu comme une princesse guerrière dedans. J'ai toujours voulu être une super-héroïne !», avait-elle expliqué[CHRISTOPHE SIMON / AFP]

Dans une interview accordée à Tennis Magazine, le président de la Fédération Française de Tennis (FFT) Bernard Giudicelli a affirmé qu'il envisageait de fixer «certaines limites» vestimentaires à Roland-Garros, pointant notamment du doigt la combinaison noire de Serena Williams. 

«Je crois qu'on est parfois allé trop loin. La combinaison de Serena cette année, par exemple, ça ne sera plus accepté. Il faut respecter le jeu et l'endroit. Tout le monde a envie de profiter de cet écrin», a déclaré Bernard Giudicelli dans le numéro de septembre. 

Un dress-code pour une «émotion magnifiée»

Selon lui, la tenue de la joueuse américaine serait incompatible avec le tournoi parisien : «Si je fais passer quelque chose qui est beau dans un endroit qui est beau, l'émotion est magnifiée», a-t-il argué. Ainsi, pour la prochaine édition, la Fédération demandera «aux équipementiers de leur communiquer» les tenues, pour éviter tout dérapage. 

Lors de l'édition 2018 de Roland-Garros, Serena Williams avait dû justifier le port de cette combinaison intégrale, noire et moulante : «Je me sens un peu comme une princesse guerrière dedans. J'ai toujours voulu être une super-héroïne !», avait-elle expliqué, ajoutant qu'elle était «très confortable» et favorisait une «meilleure circulation sanguine». 

La déclaration du président de la FFT a rapidement fait réagir Nike : «Vous pouvez prendre le costume du super-héros, mais vous ne pourrez jamais lui prendre ses super-pouvoirs», a tweeté l'équipementier de la joueuse. 

À suivre aussi

Ailleurs sur le web

Derniers articles