Les Jeux Olympiques d'été 2032 organisés en Corée du Nord ?

Moon Jae-in et Kim Jong-un Le président sud-coréen Moon Jae-in et le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, lors du troisième sommet intercoréen à Pyongyang (Corée du Nord) en septembre dernier. [KCNA VIA KNS / AFP]

La Corée du Sud et la Corée du Nord ont acté vendredi 2 novembre l'idée de présenter une candidature commune à l'organisation des Jeux olympiques d'été de 2032, selon un communiqué conjoint diffusé par Séoul.

Après une rencontre à la frontière des deux pays, au village de Panmunjom, les responsables sportifs sud-coréen et nord-coréen ont décidé ce vendredi d'envoyer une lettre au Comité international olympique (CIO) en vue de proposer une candidature conjointe pour les JO 2032. Un tel projet avait déjà été évoqué en septembre par les dirigeants des deux pays, le nord-coréen Kim Jong-un et le sud-coréen Moon Jae-in, lors du troisième sommet intercoréen à Pyongyang (Corée du Nord).

Si leur candidature est acceptée, les deux Corée se retrouveraient en compétition avec des villes comme Berlin (Allemagne), Jakarta (Indonésie), New Delhi (Inde), Shanghai (Chine) ou Sydney (Australie). L'hôte de la compétition devrait être connu en 2025. Si la candidature commune des deux Corée était choisie, ce serait la première fois dans l'histoire des Jeux olympiques que ceux-ci seraient organisés par deux pays.

Deux pays toujours en guerre

Pour de nombreux Coréens, rien que l'idée d'une candidature commune entre les deux Corée paraît inconcevable. La Corée du Nord avait en effet boycotté les Jeux asiatiques de 1986 et les Jeux olympiques d'été de 1988, deux événements organisés à Séoul (Corée du Sud). Et les relations entre les deux pays s'étaient gravement détériorées à la veille des JO de Séoul, après le bombardement en novembre 1987 d'un avion sud-coréen, qui avait tué les 115 passagers présents à bord, imputé par Séoul à Pyongyang, qui a toujours nié.

Par ailleurs, les deux Etats sont toujours officiellement en guerre, l'armistice signé après la guerre de Corée (1950-1953) n'ayant pas été suivi par la signature d'un traité de paix. En 2016 et 2017, les tensions étaient très fortes entre les deux pays, en raison des programmes balistique et nucléaire du Nord. En 2017 notamment, le dictateur nord-coréen Kim Jong-un avait multiplié les provocations, en enchaînant les tirs de missiles balistiques : 23 au total, au cours de 16 essais. Le dialogue entre les deux Corée était alors inexistant, et ce depuis plus de deux ans.

Les JO 2018 en Corée du Sud ont accéléré le rapprochement

La bascule s'est faite en janvier dernier, avec la reprise du dialogue officiel entre les deux pays. Les Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, qui se sont déroulés en février, ont cristallisé le rapprochement spectaculaire sur la péninsule. La Corée du Nord avait envoyé une délégation de 22 athlètes au Sud, accompagnée de la soeur de Kim Jong-un, Kim Yo-jong. C’était la première fois qu’un membre de la famille Kim, au pouvoir en Corée du Nord depuis 1948, se rendait dans le Sud depuis la fin de la guerre de 1950-1953. De plus, Nord et Sud avaient défilé ensemble, sous la même bannière, lors de la cérémonie d'ouverture (comme en 2000, 2004 et 2006), et avaient formé leur première équipe olympique unifiée, en hockey sur glace féminin.

Ces Jeux olympiques ont débouché sur l'organisation successive de trois sommets entre Kim Jong-un et Moon Jae-in, ainsi qu'une rencontre historique entre le leader nord-coréen et le président américain Donald Trump à Singapour en juin.

Une équipe unifiée de Corée au Mondial de handball en janvier

Les deux Corée veulent continuer à utiliser le sport comme un outil diplomatique. En dehors de la candidature commune aux JO 2032, les responsables sportifs des deux pays se sont mis d'accord vendredi pour envoyer une équipe unifiée aux Championnats du monde de handball masculin en janvier prochain. Celle-ci sera dans le même groupe que la France, tenante du titre. Par ailleurs, les deux fédérations internationales de taekwondo, la sud-coréenne World Taekwondo et la nord-coréenne International Taekwondo Federation, ont trouvé un accord pour fusionner en une seule entité.

Et les deux pays ne veulent pas s'arrêter là. «Le Sud et le Nord ont convenu de discuter des questions pratiques avec le CIO et d’autres associations sportives afin de constituer des équipes communes à partir du Championnat du monde de handball masculin 2019», indique le communiqué publié ce vendredi 2 novembre, visant notamment les Jeux olympiques d'été de Tokyo (Japon) en 2020, pour lesquelles les deux Corée pourraient également défiler ensemble lors de la cérémonie d'ouverture.

Vous aimerez aussi

CIO Il y aura bien de la boxe aux JO 2020
Le président du CIO Thomas Bach en conférence de presse, le 1er décembre 2018 à Tokyo [Martin BUREAU / AFP/Archives]
Jeux Olympiques JO-2032 : Brisbane rêve de succéder à Sydney
France Télévisions a obtenu les droits de diffusion en clair des Jeux olympiques d'été 2024 à Paris, a annoncé sa présidente Delphine Ernotte sur Twitter le 22 avril 2019  [FRANCK FIFE / AFP]
Sport JO Paris 2024 : France Télévisions obtient les droits de diffusion en clair

Ailleurs sur le web

Derniers articles